Mots du libraire

  • Le blizzard fait rage en Alaska.

    Au coeur de la tempête, un jeune garçon disparaît. Il n'aura fallu que quelques secondes, le temps de refaire ses lacets, pour que Bess lâche la main de l'enfant et le perde de vue. Elle se lance à sa recherche, suivie de près par les rares habitants de ce bout du monde. Une course effrénée contre la mort s'engage alors, où la destinée de chacun, face aux éléments, se dévoile.

    Avec ce huis clos en pleine nature, Marie Vingtras, d'une écriture incisive, s'attache à l'intimité de ses personnages et, tout en finesse, révèle les tourments de leur âme.

    En pleine tempête

    Bess se penche pour refaire ses lacets et lâche la main de l'enfant. Elle se relève. Il a disparu dans le blizzard.

    Elle se lance à sa recherche, suivie de près par les rares habitants de ce bout du monde.

    Glaçant.

    Manon

  • Mon mari

    Maud Ventura

    Un premier roman drôle et féroce sur le face-à-face conjugal.

    C'est une femme toujours amoureuse de son mari après quinze ans de vie commune. Ils forment un parfait couple de quadragénaires : deux enfants, une grande maison, la réussite sociale. Mais sous cet apparent bonheur conjugal, elle nourrit une passion exclusive à son égard. Cette beauté froide est le feu sous la glace. Lui semble se satisfaire d'une relation apaisée : ses baisers sont rapides, et le corps nu de sa femme ne l'émeut plus. Pour se prouver que son mari ne l'aime plus - ou pas assez - cette épouse se met à épier chacun de ses gestes comme autant de signes de désamour. Du lundi au dimanche, elle note méthodiquement ses « fautes », les peines à lui infliger, les pièges à lui tendre, elle le trompe pour le tester. Face aux autres femmes qui lui semblent toujours plus belles, il lui faut être la plus soignée, la plus parfaite, la plus désirable.
    On rit, on s'effraie, on se projette et l'on ne sait sur quoi va déboucher ce face-à-face conjugal tant la tension monte à chaque page. Un premier roman extrêmement original et dérangeant.

    Messieurs !

    Si vous les aimez (encore et toujours), c'est LE livre que vous devriez offrir à vos épouses !

    Manon

  • S'adapter

    Clara Dupont-Monod

    C'est l'histoire d'un enfant aux yeux noirs qui flottent, et s'échappent dans le vague, un enfant toujours allongé, aux joues douces et rebondies, aux jambes translucides et veinées de bleu, au filet de voix haut, aux pieds recourbés et au palais creux, un bébé éternel, un enfant inadapté qui trace une frontière invisible entre sa famille et les autres. C'est l'histoire de sa place dans la maison cévenole où il naît, au milieu de la nature puissante et des montagnes protectrices ; de sa place dans la fratrie et dans les enfances bouleversées. Celle de l'aîné qui fusionne avec l'enfant, qui, joue contre joue, attentionné et presque siamois, s'y attache, s'y abandonne et s'y perd. Celle de la cadette, en qui s'implante le dégoût et la colère, le rejet de l'enfant qui aspire la joie de ses parents et l'énergie de l'aîné. Celle du petit dernier qui vit dans l'ombre des fantômes familiaux tout en portant la renaissance d'un présent hors de la mémoire.

    Comme dans un conte, les pierres de la cour témoignent. Comme dans les contes, la force vient des enfants, de l'amour fou de l'aîné qui protège, de la cadette révoltée qui rejettera le chagrin pour sauver la famille à la dérive. Du dernier qui saura réconcilier les histoires.

    La naissance d'un enfant handicapé racontée par sa fratrie.

    Un livre magnifique et lumineux.

    Lumineux et sincère

    Le 3e enfant de cette fratrie naîtra handicapé. Comment l'aîné prendra son rôle très à coeur, comment la cadette commencera par le mépriser, et comment le 4e vivra dans son ombre. Le tout est raconté par les pierres de leur maison cévennole. Des pierres qui parlent, relèverez-vous, sceptiques. Ces narratrices apportent justement la bonne distance entre sensibilité et sincérité (les parents ne trahiront presque jamais leur sentiment). Un de mes romans préférés en cette rentrée litttéraire 2021 !

    Manon

  • "Un éclair découpa l'horizon, suivi de sa morsure sonore, et une goutte tomba, grosse comme un doigt - et le grand délire commença." Au seuil des Corbières, les Testasecca habitent un château fort fabuleux, fait d'une multitude anarchique de tourelles, de coursives, de chemins de ronde et de passages dérobés.
    Clémence, dix-sept ans, bricoleuse de génie, rafistole le domaine au volant de son fidèle tracteur ; Pierre, quinze ans, hypersensible, braconne dans les hauts plateaux ; Léon, le père, vigneron lyrique et bagarreur, voit ses pouvoirs décroître à mesure que la vieillesse le prend ; Diane, la mère, essaie tant bien que mal de gérer la propriété.

    Ruinés, ils sont menacés d'expulsion. Et la nature autour devient folle : des hordes de chevreuils désorientés ravagent les cultures. Frondeurs et orgueilleux, les Testasecca décident de défendre coûte que coûte le château.

    Dans cette épopée baroque et tragique où on retrouve toute sa puissance romanesque, Guillaume Sire érige une mythologie sur la terre de son enfance.

    Que je trépasse si je faiblis !

    Contre la menace d'expulsion et face à un déferlement de chevreuils sauvages, une famille d'aristo vieille branche, les Testasecca, met un point d'honneur à sauver son chateau cathare de la ruine. Le père est un excentrique attachant, le fils un doux rêveur, heureusement la mère et la fille ultra bricoleuse ont les pieds sur terre. Une histoire romanesque à souhait de chateau fort, de batailles et de tragique !

    Manon

  • Hors gel

    Emmanuelle Salasc

    Au déclenchement de la sirène, courez immédiatement vous mettre à l'abri au point de rassemblement le plus proche. Ne téléphonez pas. Ne quittez pas le point de rassemblement sans consignes des autorités.
    Oubliez votre soeur.

    Chaud !

    Dans une vallée d’altitude, pendant l’été 2056, une sirène sonne, réactivant une peur ancienne. Au-dessus du village, dans le ventre du glacier, une poche d’eau sous pression menace de se rompre. Peu de temps auparavant, Clémence, disparue depuis des années, a appelé sa soeur jumelle, Lucie, pour lui demander de la cacher dans la grange familiale isolée qu’elle habite, juste en dessous du glacier. Hors gel, c’est le roman de ces deux peurs : la peur ancestrale et collective de la catastrophe que pourrait provoquer la rupture du glacier, et la peur plus intime, familiale, de Lucie vis-à-vis de sa soeur jumelle, Clémence, revenue après trois décennies de disparition, dans l’espoir, dit-elle, d’échapper à un réseau de prostitution et de trafiquants de drogue, dont on n’est pas sûr qu’il existe réellement. Hors gel est un roman de légère anticipation, au coeur d’un drame familial déchirant, et dans un pays soumis à une stricte écologie politique, où la nature, après des années de consommation pendant lesquelles elle est devenue un produit, est désormais déifiée, ultra-protégée, et en apparence contrôlée. En apparence seulement.  

    Manon

  • « Tu as coupé à un nombre conséquent d'enterrements, petite veinarde. Tu as échappé à tous ces coups qui un par un nous assomment et nous laissent comme des boxeurs groggy dans l'attente du gong final, tu as échappé aux plaintes et aux gémissements, partie avec sagesse et un brin de désinvolture dans la pleine force de tes vingt ans, nous laissant aux tracas des deuils, des héritages, de l'absence, des tristes lendemains. » En publiant Une amie de la famille, récit centré sur la mort de ma soeur Annie et le silence qui dès lors a enseveli ma famille, je n'imaginais pas que ce livre allait provoquer tant de réactions, révéler tant de coïncidences, amener tant de retrouvailles, de surprises, de découvertes. Tous ces signes attestaient de la puissance de l'écriture, de ce qu'elle rend possible, de ce qu'elle délivre ou dénoue. Alors j'ai décidé de dire à Annie ce que les vivants m'ont raconté d'elle, de lui montrer à quel point elle est restée présente. Je lui confie ma vie faite de rencontres, de livres écrits ou lus. Je mêle mes traits aux siens et à ceux des amis disparus. « La vie des morts », disait notre père, persuadé que sa femme et sa fille continuaient de lui parler. Ce n'était pas un songe de vieillard, c'était la simple vérité.

    De l'intérêt de la littérature

    Après Une amie de la famille et un silence de cinquante ans, l'auteur a beaucoup de choses à dire à cette soeur partie trop tôt. Dans ce livre, J-M Laclavetine lui parle de l'intérêt que son livre a pu susciter après sa parution mais aussi des amitiés qui ont marqué sa vie et qui fleurissent aujourd'hui leur beau petit jardin. Un texte d'une grande délicatesse, intime, et d'une fine poésie.

    Lucile

  • Moon river

    Fabcaro

    Hollywood, années 50. Au coeur de l'usine à rêves du cinéma, l'immense actrice Betty Pennyway est victime d'un crime sans précédent et particulièrement abominable. L'affaire fait la Une de toute la presse et l'Amérique entière est en émoi. La police de l'état fait appel au peu orthodoxe inspecteur Hernie Baxter pour mener cette délicate enquête qui secoue tout le petit monde du 7ème Art.
    Moon River est un polar noir, poisseux et angoissant, au suspense insoutenable, dont on découvre seulement à la page 12 que le coupable est l'acteur qui joue avec Betty Pennyway.

    Digne héritier Ellroy

    Empruntant aux plus grands auteurs de polar, Fabcaro nous livre un roman graphique ciselé par sa plume d'orfèvre. Le suspense est étouffant*, les personnages désabusés et le rythme trépidant. On adore cette pépite de noirceur qui fera date à n'en pas douter. Un hommage clair aux grands romans noirs des années 40.   (*jusqu'à la page 13)

    Bastien et Lucile

  • Ceux des marais

    Virginie Barreteau

    • Inculte
    • 3 Mars 2021

    Dans un pays de marais, au début des années 60, un docteur rend visite à ses patients en flottant sur sa « plate ». De maison en maison, d'îlot en îlot, il sillonne ce paysage d'eau et de limon. Ses tournées le mènent à la rencontre d'une population miséreuse et isolée, réduite à quelques poignées de familles, auprès desquelles il fait office de vigie autant que de guérisseur. Passionné de photographie, il a aussi l'étrange manie de faire poser les habitants pour lui, comme s'il cherchait à ausculter à la fois l'intérieur et l'extérieur des êtres. Il devient ainsi le témoin de leurs vies, l'archiviste de leurs traces, le gardien de leur mémoire - et le révélateur des troubles qui circulent entre les corps. Mais lorsque Pacot, l'un de ceux des marais, disparaît mystérieusement, son absence perturbe le cours immuable de ce microcosme.

    Un roman singulier

    Un médecin de campagne rend visite à ses malades en barque. Parfois, il leur demande de les prendre en photo en guise de paiement. Par son art et son métier, il croit ainsi rentrer dans leur intimité. Jusqu'à ce que l'un d'entre eux disparaisse.    

    Manon

  • « Aussi, en ce jour d'avril, quand cette voiture se gara en face du portail, j'étais collé contre la vitre, à observer le destin du monde. Deux personnes en descendirent, les visites commençaient. Cela remonte à loin et quand j'évoque ce passé, une brume enrobe mes souvenirs, l'essentiel est là, mais les détails m'échappent. Je ne me souviens plus du temps qu'il faisait ce matin-là. Je crois me souvenir qu'il faisait beau ».

    S'il faisait beau, c'est une première histoire qui commence. Mais, si ça se trouve, il pleuvait. C'est une autre histoire qui commence. Pourtant, il n'y a qu'une histoire, qu'une vie, celle de Lorenzo, un jeune homme. Comme chacun d'entre nous, sa vie est une suite de choix. Quelles études faire ? Où vivre ? Avec qui vivre ? Dans ce roman existentiel, mélancolique, inventif et émouvant, Pierre Raufast vous invite à vous perdre, comme son héros, dans la fantastique impossibilité de maîtriser nos choix et nos vies, dont pourtant nous rêvons de faire des destins.

    Un roman à clé en main

    Si vous pensez qu'ils "vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants" ou qu'ils "furent éternellement heureux après ça" ou encore que "s'ils ne sont pas morts, c'est qu'ils sont vivants", commencez ce roman par le chapitre 54. Si votre voisine est acariâtre, vengez-vous au chapitre 2, si votre voisin est passionnant, allez au chapitre 3. Mais vous pouvez toujours commencer par le début et suivre les pistes, vous perdre en chemin, lire de manière continue pour connaître tous les scénarios, l'auteur récidive dans l'art du récit et nous régale encore !

    Manon

  • William Finnegan a passé sa vie à naviguer entre les théâtres d'opération et les vagues, une existence entre deux eaux qu'il a racontée dans un livre inoubliable et merveilleux : Jours Barbares. À la naissance de sa fille Mollie, il s'est rangé des planches. À ses douze ans, lorsqu'elle se révèle une grimpeuse-née, l'écrivain-reporter décide de la suivre dans son apprentissage. Tandis que Mollie endosse le rôle d'entraîneur et de mentor, voire de gourou, son père se doit de repousser sans cesse ses limites pour suivre son rythme, bousculant quelque peu la dynamique parent-enfant. Il raconte alors l'escalade comme l'envers de sa propre obsession pour l'eau, non plus la quête éperdue de ces «montagnes qui chancellent au milieu de l'océan», mais la recherche frénétique de vagues tortueuses en forme de pics à gravir. À travers ce récit d'initiation, William Finnegan nous guide dans le monde singulier de la grimpe - des salles d'escalade de New York ou des blocs de Central Park aux parois rocheuses du Vermont ou aux falaises du Mexique et du Canada. Mollie, adolescente douce et ironique, ouvre la voie, et ce qui commence comme un passe-temps pour le père et la fille devient vite une obsession où toute occasion est bonne pour enfiler les chaussons et attaquer les «problèmes'' sur le mur ou les «itinéraires'' sur la paroi. Ensemble, ils apprennent un nouveau langage et se forgent de nouveaux souvenirs. À mesure qu'ils se lancent dans des ascensions toujours plus hautes et toujours plus délicates, ils font aussi l'apprentissage d'une notion cardinale : l'expérience du danger, ce que les grimpeurs nomment l'exposition. Et en creux, une leçon de vie simple mais décisive : tomber, c'est être humain.

    Formidable plongée dans le monde de l'escalade, Avec Mollie offre un regard tendre, bienveillant sur cette relation unique entre un père et une fille.

    L'escalade pour les nuls

    Mollie a toujours détesté le sport ("autant faire gagner l'autre équipe si ça lui fait tant plaisir"). Mais lors d'un camp de vacances, elle se prend de passion pour l'escalade. Grâce à elle, son père comprendra l'art de grimper ; Plus qu'un sport, c'est un état d'esprit, proche de la danse et des échecs. William Finnegan nous avait raconté sa passion dévorante pour le surf avec Jours Barbares. Avec humour, il nous initie à notre tour, pour passer du niveau débutant au niveau expert, à la philosophie verticale.

    Manon

  • Entre trois êtres qui semblent voués à la solitude, deux femmes que tout sépare - l'âge, le mode de vie, les expériences - et un jardin à l'abandon, un lien va se créer par-delà les mots, un lien salvateur pour tous les trois. Ce petit récit à la fois concret et suggestif nous entraîne dans le monde secret et délicat de ces affinités profondes, inexplicables, souvent indicibles, qui aident à grandir, à croître et à mûrir.
    Que l'on soit une femme simple et timide d'un certain âge, une adolescente rebelle ou un jardin livré aux mauvaises herbes, il suffit parfois d'une rencontre improbable pour retrouver le goût de la vie et poursuivre sa route. " Dans l'ombre grandissante, tournées vers un marronnier dont le faîte s'empourprait dans le crépuscule, nous nous tenions côte à côte sur la passerelle d'un navire qui avait, à notre insu, largué les amarres et entamé un voyage qui durerait plusieurs années, dure toujours...

    Bagdad café

    A sa grande surprise, une vie minuscule hérite d'une maison perdue dans une vallée lointaine. Elle cherche sur une carte, se renseigne à la gare sur le trajet, économise pour s'y rendre. Elle y rencontrera une jeune âme égarée qui s'ennuie en vacances là-bas. Entre ces deux générations va se tisser une amitié grâce à un jardin. Un roman très poétique, pour ceux qui veulent échapper à la foule.

    Manon

  • En 1921, l'explorateur canadien Vilhjalmur Stefansson décide d'envoyer en Arctique quatre jeunes hommes. L'objectif : coloniser l'île Wrangel, une île désolée, aux confins de l'Amérique et de la Russie. Pour compéter l'équipe, il embauche une Inuite de vingt-trois ans, Ada Blackjack. Son rôle, cuisiner et ravauder les vêtements et le matériel - rôle essentiel dans ces contrées glaciales.

    Une fois sur l'île, la situation vire au cauchemar : la nourriture vient à manquer et le froid se fait plus assassin que jamais. Les plus confiants se mettent à douter, les plus vigoureux s'affaiblissent. Ada se retrouve bientôt seule. Comment la jeune femme va-t-elle survivre dans un environnement aussi hostile ? Ada Blackjack est la fascinante aventure d'une Robinson Crusoë en jupons, reconnue tardivement "héroïne de l'Arctique".

    Le récit passionnant sur une héroine peu connue

    En 1921, quatre hommes blancs et une couturière Inuite partent coloniser Wrangel. En été 1922, le bateau apportant les provisions ne peut pas atteindre l'île. Fin août 1923, un bateau arrive à rejoindre l'île. Sur les cinq explorateurs il n'en reste qu'une : Ada Blackjack.

    Lucile

  • Après avoir exploré les déserts et les sommets de plus de cinquante pays, voyageant au gré de sa fantaisie et de ses rencontres, Neil Ansell, pris d'une urgence soudaine, rentre à Londres, se réfugie dans un squat, avant d'accepter un poste de gardien au fi n fond de la campagne galloise, où il vit reclus. Une expérience d'extrême solitude, qui le transformera : débarrassé du brouhaha, il lui semble enfin se retrouver.
    Ermite¹? Pas vraiment. Seulement le temps de réapprendre le monde. Voilà qu'il entreprend des randonnées, toujours en solitaire, sans jamais avoir de carte, jusqu'aux confins de l'Écosse - pour découvrir, au fil des routes, qu'il est en train de perdre l'ouïe -, une expérience qui s'avérera bouleversante et source d'une ouverture autre.
    Car s'il peut de moins en moins entendre, Ansell semble de mieux en mieux voir, et nous fait ainsi ouvrir les yeux, autrement.
    Un chant d'amour émerveillé à l'Écosse des Highlands, raconté avec un lyrisme intense, tenu de bout en bout. Une élégie en l'honneur d'un paradis déjà presque perdu, que la littérature continuera à nous faire entendre.

    De passionnantes randonnées au coeur des Highlands.

    Ce récit poétique retrace les voyages d'un homme au coeur des paysages sauvages de l'Ecosse au cours d'une année.  On se laisse porter au gré de ses observations de la faune, ses réflexions, et quelques anecdotes de ses voyages ultérieurs.

    Lucile

  • Vous avez l'impression de passer à côté de votre sexualité  ?
    Pas de panique, Jüne du compte Instragram Jouissance Club fait souffler un vent de fraîcheur et d'espoir en proposant un manuel d'éducation sexuelle promouvant le plaisir accessible à tous, femme, homme, hétéro, homo ou trans  !
    Elle propose de mettre de côté la pénétration pour se concentrer sur les 1001 façons de se donner du plaisir autrement, de manière décomplexée, jubilatoire et bienveillante.
    A l'aide de nombreux schémas sobres et élégants, elle propose une cartographie des multiples zones qui procurent du plaisir chez les deux sexes et un inventaire des mouvements orgasmiques.

    Plaisir d'offrir, joie de recevoir !

    Si vous pensez ne pas en avoir besoin c'est qu'il vous le faut !

    Lucile

  • Vendu à 60 millions d'exemplaires à travers le monde, adapté des dizaines de fois , aimé par des générations de lecteurs, Anne de Green Gables de Lucy Maud Montgomery est un hymne à la joie et au pouvoir de l'imagination. Magnifiquement écrit, construit autour d'une héroïne parfaitement imparfaite, féministe involontaire et romantique impénitente, ce roman empreint de poésie et d'humour est bien plus que la vie d'une orpheline qui va bousculer le calme de son nouveau foyer. C'est un autre monde, fait d'une nature enchanteresse et d'idées saugrenues qui se déploie à travers les yeux de l'incroyable Anne. Littérature solaire et intemporelle, ce roman unique est une parenthèse magique, un souffle chargé d'énergie, un élan à vivre pleinement nos amitiés et nos passions.

    Le bonheur au bout du chemin

    Un personnage haut en couleur, Anne - avec un E, déborde d'imagination et d'optimisme rendant le monde autour d'elle magnifique et féérique. Une lecture solaire !

    Lucile

  • Quand on a tout construit ensemble, quand tout vous a liés, quand on a cherché à ce point la joie et l'exclusivité amoureuse, comment continuer après la disparition de l'homme de sa vie ? Sur quatre saisons, le deuil s'apprivoise à travers les petites et les grandes ironies de la vie. Ce sont ces infimes détails qui nous poussent à aller de l'avant.
    Avec un ton mordant et un humour noir, Nathalie Prince nous fait rire de ce qu'elle traverse et partage sans ménagement le regard qu'elle pose sur les êtres et les choses. Pour le meilleur et pour le pire.
    Drôle et bouleversant, Un enterrement et quatre saisons brosse le portrait d'un amour fou.

    Un feel-good book érudit et marrant !

    Nathalie a perdu son « Prince » mais grâce à : - ses quatre enfants (Anselme , Armance, Ambroise et pas Antoine – le cul-bénit qui anime l’enterrement se trompe – et Adélie) - son château (quand on s’appelle Prince, on ne peut que vivre dans un château mais en ruines quand on n’a pas vraiment les moyens) - sa passion pour la philo (Nathalie est docteure et spécialiste de Nietzsche et on a trop envie de l’avoir comme prof) - son humour décomplexé (elle ne craint pas de citer Netflix, Titanic et Forest Gump) Nathalie fait son deuil et affronte l’absurdité de la vie (l’administratif qui rend fou, les Desperate housewives d’Anger) en la prenant du bon côté (gauche - Fab Caro a de qui tenir).   Avec des mises en scène aux formes multiples (textos, lettres,…) qui viennent enrichir « l’intrigue », ce roman est complétement décadent !  

    Manon

  • Curiosity, petit robot géologue, travaille sur Mars depuis 2012.
    Il reçoit tous les matins des messages de Dieu qui, depuis la Terre, lui dit quoi faire. Le rover ne s'est jamais habitué à sa planète, pas plus qu'aux températures glaciales ni, surtout, à sa solitude. Curiosity souffre, c'est un robot « sociable » désespérément en quête d'amitié et de sens à donner à son existence.
    En proie au désespoir, Curiosity s'accroche à une conviction :
    Dieu ne peut pas l'avoir fait social par hasard, une mission particulière l'attend ! Un matin pourtant, il comprend que Dieu va bientôt l'abandonner, sa mort est programmée. Le doute l'envahit. À quoi bon avoir vécu, si on est privé de destin ? Désespéré, il commence à écrire son testament. Les trois nuits suivantes seront pleines de révélations.
    Une immense métaphore de l'artiste condamné à sa solitude, et du désir de transcendance !
    Curiosity est suivi d'une nouvelle inédite de l'auteure, L'Agrandirox, récit de science-fiction d'après « La Superficine », de S. Krzyzanowski, qui s'ancre dans la période du confinement lié au Coronavirus.

    Curiosité

    Pauvre petit robot ! Lui qui se rêvait aventurier se les gèle sur Mars ! Qu'a-t-il bien pu se passer dans la tête de "Dieu" pour lui confier une mission aussi minable ? Son ennui nous fait sourire et nous tiendrons volontiers compagnie jusqu'au bout...

    Manon

  • Le roman de Jim

    Pierric Bailly

    À vingt-cinq ans, après une séparation non souhaitée et un séjour en prison, Aymeric, le narrateur, essaie de reprendre contact avec le monde extérieur. À l'occasion d'un concert, il retrouve Florence avec qui il a travaillé quelques années plus tôt. Florence est plus âgée, elle a maintenant quarante ans.
    Elle est enceinte de six mois et célibataire.
    Jim va naître. Aymeric assiste à la naissance de l'enfant, et durant les premières années de sa vie, il s'investit auprès de lui comme s'il était son père. D'ailleurs, Jim lui-même pense être le fils d'Aymeric.
    Ils vivent tous les trois dans un climat harmonieux, en pleine nature, entre vastes combes et forêts d'épicéas.
    Jusqu'au jour où Christophe, le père biologique du garçon, réapparaît.
    La relation entre Aymeric et Jim, l'enfant de Florence, est le coeur de l'intrigue. C'est un roman sur la paternité. Aymeric sera séparé de Jim. Il va souffrir d'un arrachement face auquel il ne peut rien.
    Mais se donne-t-il vraiment les moyens de s'en sortir ? Aymeric multiplie les contrats précaires dans la grande distribution, les usines de plasturgie ou la restauration rapide. Plus tard, il est même photographe de mariage. Une grande partie de l'histoire se déroule à Lyon. Jusqu'au bout, Aymeric reste obsédé par cet enfant qu'il a vu naître et grandir, et qui lui a été enlevé, avec lequel il ne sait pas toujours observer la bonne distance, ni occuper la bonne place.

    Gros coup de coeur !

    Un jeune homme qui s'est toujours laissé porté par la vie va par hasard devenir le père de substitution de Jim. Il prend son rôle très à coeur, d'autant que le gamin l'adore, jusqu'au jour où le père biologique se manifeste... Un roman drôle, poignant, intelligent, sensible, qui se passe en bonne partie dans le Jura.

    Manon

  • Michel aime Bérénice, la femme de sa vie depuis trois semaines. Mais Bérénice le quitte brutalement un matin, au réveil.
    Michel le dépressif, grand consommateur d'anxiolytiques et d'oeuvres de Michel Houellebecq, décide alors de s'atteler au plus grand défi de sa vie : reconquérir l'amour. Ses armes ?
    Les recettes de bonheur délivrées par la collection d'ouvrages de psychologie positive que lui a laissée Bérénice.
    Michel s'est donné douze heures pour devenir enfin heureux et récupérer sa bien-aimée. Alors autant le dire tout de suite : c'est pas franchement gagné !
    Le bonheur est au fond du couloir à gauche est le récit drôlement désespéré de la quête du bonheur sur fond de désarroi contemporain, de faillite du modèle occidental, d'épuisement des idéologies, de crise de la masculinité, d'urgence climatique et de tartines de Nutella.

    Sur [notre] ordonnance

    ! ATTENTION ! Livre hilarant à prendre au 1000e degré !

    Manon

  • «On arrivait à Miradour par une mauvaise route à peine goudronnée qui montait en tournant. La pente était si raide que la vieille voiture de Madeleine tombait fréquemment en panne au milieu de la côte. Il n'y avait alors d'autre solution que d'aller chercher une paire de boeufs à la ferme la plus proche.» Dans ce conte d'un été lointain, tout est vrai et tout est allègrement réinventé. D'êtres chéris, Florence Delay a fait des personnages et cousu ensemble des scènes éparses du passé pour ne pas les perdre.

    Une merveille !

    qui nous fera rêver à l'été.

    Manon

  • Vivonne

    Jérôme Leroy

    Alors qu'un typhon dévaste l'Île-de-France, l'éditeur Alexandre Garnier contemple le cataclysme meurtrier depuis son bureau, rue de l'Odéon : une rivière de boue coule sous ses fenêtres, des rats surgissent des égouts. Le passé aussi remonte à la surface. Devant ce spectacle de fin du monde, Garnier se souvient de sa jeunesse et surtout de son ami, le poète Adrien Vivonne, auteur entre autres de Danser dans les ruines en évitant les balles. Garnier a publié ses livres avant que celui-ci ne disparaisse mysté rieusement en 2008, il y a presque vingt ans.
    Qu'est devenu Vivonne ? Partout en Europe, la « balkanisation climatique » sévit et les milices s'affrontent tandis que la multi plication des cyberattaques fait craindre une Grande Panne. Lancé à la poursuite de Vivonne, Garnier essaie de le retrouver avant que tout ne s'effondre. Est-il possible, comme semblent le croire de plus en plus de lecteurs dans le chaos ambiant, que Vivonne ait trouvé un passage vers un monde plus apaisé et que la solution soit au coeur de ses poèmes ?

    Pour ceux qui ont aimé "L'Anomalie"

    entre Mad Max et Le Cercle des poètes disparus

    Manon

  • Fille

    Camille Laurens

    Laurence Barraqué est née en 1959 dans une famille de la petite bourgeoisie de Rouen. Son père est médecin et sa mère femme au foyer. Très tôt elle comprend, à travers le langage et l'éducation de ses parents, que la position des filles est inférieure à celles des garçons. Cette expérience se prolonge à l'école, au cours de danse, à la bibliothèque municipale, partout où le langage impose la position dominante du genre masculin : « Garce. Le mot revient et la hante. C'est une injure. Mais n'est-ce pas d'abord le féminin de garçon ? Tout ce qui est féminin déçoit, déchoit, elle le sait désormais. Garçon, c'est un constat. Garce, c'est un jugement. Le mot, en changeant de genre, devient mauvais. Mais il a des pouvoirs. » Dans ce roman d'une puissance exceptionnelle, Camille Laurens déploie le destin d'une femme confrontée aux mutations de la société française de ces quarante dernières années. La narratrice emporte dans sa voix les grandes problématiques de l'éducation des femmes, de la domination masculine et de la transmission des valeurs féministes aux jeunes générations. Le parcours de Laurence Barraqué se fait la chambre d'échos de toutes celles qui furent élevées dans l'idée d'une supériorité des hommes. L'auteur saisit avec acuité les moments charnières de l'enfance au cours desquels se joue l'adulte que l'on va devenir. L'écriture de Camille Laurens atteint ici une maitrise remarquable, qui restitue les grandes embardées de la vie tout en faisant résonner la petite musique des mots.

    Que signifie "être une fille"?

    Un roman troublant où l'on saisit le chemin parcouru ces 40 dernières années pour l'égalité Femme-Homme et tout le chemin qu'il reste à parcourir...

    Lucile

  • Jeune Breton qui n'a jamais connu d'autre terrain de jeux que l'océan, Guirec Soudée écume les mers du globe avec pour seule compagnie une poule, Monique. Ensemble, ils ont traversé l'Atlantique, rallié le Groenland, affronté 130 jours emprisonnés au coeur de la banquise, franchi le périlleux passage du Nord-Ouest, mis les voiles pour le Grand Sud, essuyé des tempêtes dans les plus extrêmes latitudes, passé le cap Horn, rejoint l'Antarctique avant d'amorcer un long retour jusqu'en Bretagne.
    L'histoire incroyable d'un garçon opiniâtre, qui n'attend pas que ses rêves se dessinent à l'horizon, et d'une poule, concentré de fantaisie et de courage, qui offre un oeuf par jour à l'aventurier.

    Ajouter au panier
    En stock

    Une lecture surprenante et fascinante !

    Cette poule a une vie plus palpitante que tous nos libraires réunis. Un bol d'air frais et de liberté !

    Jade - Masséna Nice

  • Héritage

    Miguel Bonnefoy

    • Rivages
    • 19 Août 2020

    Une prodigieuse saga familiale, pleine de magie et de passion, qui confirme le talent de Miguel Bonnefoy pour mêler les trajectoires intimes à la grande histoire. Des coteaux du Jura jusqu'aux geôles de Pinochet, des tranchées de la Somme jusqu'au ciel britannique déchiré par les Messerschmitt, la famille Lonsonier a traversé le XXe siècle avec fougue, et y a laissé quelques plumes... Mais de Lazare le poilu chilien et de sa dulcinée Thérèse amoureuse des êtres ailés, de Margot l'aviatrice intrépide et d'Ilario Da son fils révolté, on retient surtout l'incoercible force de vie. Ces drôles d'oiseaux migrateurs, pris tour à tour dans l'oeil du cyclone, ne cessent de voler vers leur destin, d'un côté à l'autre de l'Atlantique, avec pour tout viatique la légende mystérieuse d'un oncle disparu...

    Conte de fée

    Un conte d'aventure entre la France et le Chili, de le 1ere Guerre Mondiale aux geôles de Pinochet. Une famille sur trois générations qui se fait rattraper par son héritage...

    Jade - Masséna Nice

empty