À propos

Dans le Japon du début du XIe siècle, gouverné depuis la capitale Heian-kyô (l'actuelle ville de Kyôto) par une cour d'aristocrates fonctionnaires, se développe une brillante culture. Si les lettres chinoises sont en principe réservées aux hommes, les femmes pratiquent assidument la poésie en japonais et en viennent à occuper une position dominante dans la prose romanesque, forme littéraire considérée comme un pur divertissement, mais qui donnera à la littérature japonaise son plus grand chef d'oeuvre, le Roman du Genji, rédigé autour de 1008 par une dame du palais Murasaki Shikibu.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Lettres et langues > Lettres > Histoire de la littérature
Rayons : Littérature > Œuvres classiques > Moyen Age > Littérature moyenâgeuse autre Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire du monde > Histoire de l'Asie > Japon


  • Auteur(s)

    Daniel Struve, Terada Sumie, Collectif

  • Éditeur

    Pu De Vincennes

  • Distributeur

    Dilisco

  • Date de parution

    22/06/2017

  • Collection

    Medievales

  • EAN

    9782842926120

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    218 Pages

  • Longueur

    24 cm

  • Largeur

    16 cm

  • Épaisseur

    1.5 cm

  • Poids

    408 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Daniel Struve

Daniel Struve est maître de conférences à l'université Paris Diderot, spécialiste de la littérature d'Edo et traducteur, notamment d'Ihara Saikaku, auquel il a consacré un essai : Ihara Saikaku : un romancier japonais du XVIIe siècle (Puf, 2001).

Collectif

.

empty