agamel ; d'abandonnure

À propos

Agamel « Une voix dans le noir. Ne peut être que celle d'un enfant. Celle d'un petit garçon.
Seul. Seul dans le noir. Enfermé. Parle un peu. Se parle. Parle un peu tout seul.
Tant que ça parle, y a de la parole. Passe le temps. Un long temps. Des longs temps. De si longs longs temps. Alors les mots s'atrophient. La parole se fait rare, avare.
Un très très long temps. Restera «Oh, oh !», et un curieux «Agamel !».
La voix d'un enfant du placard. Une horreur toute simple. Avec une happy end ? Va savoir. ».

D'abandonnure « Ça commencerait par : un homme nous accueillerait dans le théâtre. Ça dirait l'abandon, les abandons, les peurs de l'abandon. Ça brasserait du conte, et de la mythologie tiens donc, et pourquoi pas ? Ça brasserait la Belle au bois dormant, le chasseur chargé de tuer Blanche Neige, Peau d'Âne et le petit Poucet... Ça masquerait cette blessure, ce lieu de l'abandon, cette déchirure béante que ça comblerait de stratagèmes. » Bruno Castan

Rayons : Littérature générale > Théâtre

  • EAN

    9782842608156

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    54 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    15 cm

  • Épaisseur

    0.4 cm

  • Poids

    78 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty