La perle

La perle (1 CD MP3)

À propos

Narration : Elodie Huber C'est l'histoire d'une famille d'indiens, Kino, Juana et leur bébé Coyotito, vivant dans un village de pauvres pêcheurs sur la côte de la Californie. Un jour, Coyotito se fait piquer par un scorpion, mais le médecin refuse de le soigner car Kino n'a pas d'argent. C'est en pêchant des huitres que Kino découvre, La perle du Monde, une magnifique perle de la taille d'un oeuf de mouette. Kino croit alors pouvoir changer sa vie et envoyer son fils à l'école. Mais La perle réveille bien des convoitises et la petite vie tranquille de la famille semble compromise.... Un court roman sombre, écrit de façon magistrale et poétique , dans lequel Steinbeck dénonce avec virulence la société américaine de l'époque, capitaliste, mercantile et raciste, le pouvoir malfaisant de l'argent, le corps médical et le clergé qui s'attachent aux puissants au lieu de défendre les opprimés.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    3354621002286

  • Disponibilité

    Indisponible

  • Longueur

    19 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    79 g

  • Distributeur

    Dod & Cie

  • Support principal

    CD Audio

Infos supplémentaires : Livre lu   Broché  

John Steinbeck

D'ascendance prussienne et irlandaise, J. Steinbeck naît à Salinas, petite ville de Californie, dans une famille modeste de quatre enfants. Il étudie à l'université de Stanford, en exerçant parallèlement de petits métiers: commis de vente, employé de ferme. Il abandonne ses études, quitte Los Angeles pour New York mais s'adapte mal à la ville. Après un échec dans le journalisme, il retourne en Californie et prépare son premier roman, La Coupe d'or, qu'il publie en 1929. Six ans plus tard, il connaît son premier succès populaire avec Tortilla Flat, chronique truculente de la vie des paisanos peu recommandables mais unis par la fraternité. Il prolongera cette veine anarchisante avec Rue de la Sardine et Tendre Jeudi. Ses autres romans parlent de l'inhumanité du développement économique et de la misère des journaliers. Déçu dans ses convictions socialistes, il finira par se rallier au "rêve américain" tout en se rapprochant de la nouvelle génération de l'Ouest et des Beatniks.ÿEn 1948, il est élu à l'Académie Américaine des Arts et des Lettres et en 62, il reçoit le Prix Nobel de Littérature.Son oeuvre est généreuse et son originalité réside dans cette langue populaire, souvent cocasse, qu'il a su restituer; dans l'amitié et la solidarité qu'il a peint de façon émouvante.

Écoutez la sélection d'extraits audio
empty