• L'oeuvre du célèbre mystique et visionnaire Mohyiddin Ibn 'Arabî (1165-1240), originaire d'Andalousie, a laissé une empreinte profonde sur la tradition ésotérique et spirituelle de l'Islam.
    Elle est synthétisée dans son monumental "Livre des Conquêtes spirituelles de La Mekke" dont il n'existe actuellement aucune traduction en langue. européenne. L'Alchimie du bonheur parfait (Kîmîyâ al-Sa'âda) est un des chapitres les plus développés de cet ouvrage et forme un dense traité d'ésotérisme où l'auteur, s'inspirant du fameux thème spirituel du Mirâj de Mohammad (l'assomption du Prophète), décrit les transfigurations de l'âme du pèlerin dans son ascension à travers les cieux, les demeures paradisiaques, les univers invisibles.
    Le texte se présente comme un récital visionnaire exploitant tous les registres du symbolisme alchimique mis en relation avec les métamorphoses successives de l'âme de l'adepte en quête de sa réalisation métaphysique. Associée à l'exégèse de maints passages du Qorân, la prophétologie y joue un rôle fondamental illustrant la présence nécessaire du guide initiatique qui oriente le pèlerin dans son voyage céleste.
    Les travaux sur l'Alchimie en Islam, et surtout les traductions, sont encore en très petit nombre. L'originalité et la perspective résolument mystique de ce traité en font un document spirituel de première valeur. Il nous instruit sur la signification cosmologique et eschatologique du Grand Oeuvre à travers l'expérience visionnaire du "voyage de l'âme". Cette traduction in extenso du traité d'Ibn 'Arabî est complétée par une présentation et une annotation qui le rendent accessible à un large public.

empty