• Cet ouvrage offre une mise en perspective des enjeux de la communication financière, qui doit se situer au coeur de la stratégie de communication des entreprises.

    Jean-Yves Léger, professionnel du sujet, développe l'idée d'une communication financière intégrée à la direction de la communication de l'entreprise, qui s'adresse à des publics variés (actionnaires, investisseurs, analystes financiers, journalistes, salariés, grand public) de manière globale et immédiate, grâce à Internet et aux réseaux sociaux.

    Du fait de la porosité entre les communications et les publics de l'entreprise, la communication financière devient de plus en plus le fondement de la communication des entreprises.

    Par ailleurs, la communication financière constitue un atout économique et institutionnel au service du développement de l'entreprise, qui permet d'obtenir les moyens financiers nécessaires aux investissements, à la recherche et à l'innovation.

    Loin d'être un guide technique sur la présentation des éléments financiers, les réglementations et les normes comptables à respecter, cet ouvrage répond au besoin de plus en plus important pour les entreprises de communiquer sur les plans financier et extra-financier.

    À ne pas rater : 11 entretiens avec des professionnels de la communication financière, pour une vision plurielle de ce domaine stratégique.

  • Le crowdfunding est le moyen de financement de projets par la « foule », particuliers et entreprises. Le financement participatif est devenu une réalité mondiale de la « finance positive », en forte croissance grâce à Internet.
    Est-ce une mode fugitive ou une alternative durable aux autres formes de financement ? Quels sont les acteurs et le cadre réglementaire en France et ailleurs ? Porteurs de projets, investisseurs et plateformes ont-ils les mêmes intérêts ? Le crowdfunding peut-il tout financer ? Quelles sont les règles à respecter et les opportunités à saisir ? Comment réussir le financement d'un projet ?
    Cet ouvrage aborde concrètement toutes ces questions, grâce à une analyse des textes réglementaires, des témoignages d'acteurs du secteur, la présentation d'exemples concrets et une mise en perspective de ce nouveau mode de financement des entrepreneurs.

  • La bronchopneumopathie chronique obstructive, plus connue sous BPCO est une malade causée par le tabac. Souvent mal dépistée, mal comprise et mal prise en charge, ce livre tend à expliquer aux malades le parcours de santé complexe de cette maladie.

  • Proxima lacrima

    Yves Léger

    Nous y sommes à ce changement. Même s'il apparaît lent et hésitant, il nous ressemble.
    Nous passons à une autre vie faite d'illuminations, de vérités profondes. Nous lassons l'ego par notre immobilité nouvelle où chacune de nos actions prend racine.

  • Une vie fatale

    Yves Léger

    Un homme dans le courant de sa vie et de ses turpitudes. Une vision familière de celle ci comme un bon chien mais un coeur ouvert à l'immense été. Nina est son poison mais qui en sera l'antidote ?

  • Depuis le début de la crise bancaire, économique et boursière, les entreprises ont dû faire face à une demande croissante de communication financière de la part des acteurs de la vie économique.
    Cet ouvrage permet de découvrir cette matière, et de présenter les ressorts de la communication financière : ses cibles, le contenu des messages, l'organisation dans les entreprises, les moyens à mettre en oeuvre, ainsi que les critères de mesure des effets de cette communication.
    Il montre non seulement comment la communication financière doit s'intégrer aux autres communications de l'entreprise (commerciale, interne, corporate) mais également qu'elle est la quintessence des communications de l'entreprise, le fondement de la communication institutionnelle.

  • « Cergy, dès sa construction, a été une ville de brassage, soixante nationalités différentes, Français venus de toutes les provinces. Je trouvais cela prodigieux, une ville pareille, à quarante kilomètres de Paris, cette possibilité d'être ensemble entre gens arrivant de partout. Une ville où il n'y a pas, comme à Rouen, Bordeaux, Annecy - les villes où j'ai vécu - un coeur »bourgeois», inscrit dans les murs, dans les rues, cette puissance ancienne d'un ordre social, de l'argent, manifestée dans les bâtiments » (Annie Ernaux, Le vrai lieu, Gallimard, 2014).

    Le petit village de Cergy, dans son écrin de verdure et son univers champêtre, s'est trouvé pris à la fin des années 1960 au centre d'une agglomération nouvelle voulue par l'état et les aménageurs. La création de « centres urbains nouveaux », à l'échelle de l'Ile-de-France, a apporté des réponses à la croissance démographique et à l'étalement urbain en réalisant un développement multipolaire.
    50 ans sont passés comme autant d'années d'une chronique urbaine et humaine faite de ruptures et de continuités, planifications et changements de programme, superpositions et hésitations, lenteurs et fulgurances, échecs et réussites.
    Dans l'aventure de la ville nouvelle, Cergy est celle qui a connu les bouleversements les plus importants et la croissance démographique la plus spectaculaire, passant de 2 500 habitants en 1969 à plus de 62 000 aujourd'hui. Chaque quartier, constitué autour d'îlots ou d'unités de voisinages, témoigne d'une extraordinaire diversité architecturale, urbaine, paysagère et sociale. En résulte une forme urbaine complexe, vivante, entrelacée de pleins et de vides, de parcs, de routes et de sentiers, de liens et de passages propices à toutes sortes de circulations.
    Toujours en travaux, travaillant ses limites et son centre, la ville aime se contredire et se mêler, comme sa population, à l'air du temps.

    En s'attachant aux ambiances singulières des quartiers, aux édifices-témoins et emblématiques (de la Préfecture à l'Axe majeur, par exemple), à ce qui fait lien ou rupture entre les quartiers, le photographe Jean-Yves Lacôte donne à voir autant une histoire des formes urbaines que la manière dont on les habite aujourd'hui, dont on se les approprie ou les détourne. Une photographie-constat de 50 ans de vie (non pas « après » mais « pendant »).

empty