• Galerna

    Jon Cazenave

    Depuis plus de dix ans, il mène un projet autour de l'identité basque intitulé Galerna (tempête), qui puise aux origines du conflit, mais également dans l'histoire et les légendes du peuple euskarien. Terre faite de montagnes, couvertes de profondes forêts, hérissée l'hiver de sommets enneigés, creusée de grottes aux parois couvertes de peintures préhistoriques, le pays basque est ici restitué dans sa matérialité, sa diversité, mais aussi sa spiritualité. Les images, en noir et blanc au fort contraste et dans lesquels l'ombre le dispute à une intense luminosité, immergent le spectateur dans l'expérience d'une géographie imprégnée de symbolisme. La puissance de la nature acquiert ici une dimension universelle : dans sa quête d'une quintessence de l'identité basque, Cazenave invite le lecteur à un voyage initiatique. L'acuité de l'écriture visuelle du photographe nous immerge dans un paysage qui se dessine aux confins du réel et du mythe : monde minéral, végétal, ciels purs, montagnes boisées, étendues de neige dessinent les contours d'un espace où le contemplatif se mêle au sentiment introspection.
    Réflexion sur les origines et la culture à laquelle on appartient et qui se transmet par la langue et les traditions, cet ouvrage questionne les concepts universels d'identité, de transmission, d'héritage culturel. Un récit de l'écrivain Kirmen Uribe interroge les fondements linguistiques de la langue basque et ses résonnances ethnographiques.

  • Chaque année, des millions et des millions d'entre elles sont éradiquées, la faute aux pesticides, aux prédateurs, aux parasites, au changement climatique...  Les abeilles meurent et personne ne bouge. Alors que, rien qu'en Europe, un  tiers de l'alimentation humaine dépend de la pollinisation.
    Une enquête des «  Jours  » qui va faire le bzzz.

  • Après Magnum et Vu, la collection Photo Poche poursuit son travail de présentation d'un certain nombre d'agences photographiques qui, par leur histoire ou leur singularité, incarnent un mode particulier de la création photographique. Tendance floue aborde en 2011 sa vingtième année d'activités. Dans un univers du reportage fragilisé par une perpétuelle mutation technologique, un modèle économique instable et un questionnement récurrent sur ses finalités premières, la permanence et la vitalité de ce collectif de photographes, créé en France en 1991, constituent un phénomène rare, porteur de significations, comme de pratiques, fortes et originales. A contre-courant d'une époque marquée par le primat de l'individualisme, les photographes de Tendance floue imposent, dès leurs débuts et sans concessions, une vision profondément plurinominale de leur activité de photographes. Au-delà du statut fondateur retenu, association puis coopérative, la dimension collective de l'aventure se veut radicale : il s'agit de mettre véritablement en fusion, à l'occasion de reportages ou d'opérations de grande envergure, les compétences et sensibilités de chaque membre du groupe. Cette création plurielle, parfaitement maîtrisée dans son organisation ponctuelle même si elle se joue dans la tension de la «performance» et sous l'égide d'une pleine liberté formelle et individuelle, irrigue avec bonheur le champ social et artistique en imposant une forme de «nous» perceptifs, fruit de la somme des «je» sensibles. Une écriture réellement singulière que l'on retrouve dans les séries, Nous n'irons plus aux paradis, Nationale zéro, 0H00 GMT, Sommes-nous ?, et dont la quintessence s'exprime dans les fameux MAD IN. La Chine, l'Inde, la France ont successivement servi de territoires d'expérimentation à un type inédit de reportages quasi existentiels, conçus sur une période très courte où chaque acteur se laisse guider par le flux de ses émotions, découvertes, rencontres ou obsessions et livre aussitôt les fruits de son immersion. La sélection des photographies se fait en temps réel et donne lieu à une publication immédiatement autoéditée.
    A propos de leur expérience pékinoise, «les» Tendance floue écrivent : «Onze photographes et deux journalistes, jetés dans la ville ; treize nomades décidés à transformer leur errance fiévreuse en une revue, Mad in China. Quinze jours pour tout faire, des images à la fabrication, un pari fou.» Pari réussi en Chine et ailleurs, tant les expositions, projections ou publications issues de ces inclassables périples séduisent et interrogent par la nervosité de leur manière, la liberté de leur propos et l'acte de résistance aux modes conventionnels de diffusion et de médiatisation qu'ils posent en creux. On devine que l'existence et l'expérience de Tendance floue, à bien des égards utopiques et transgressives, ne seraient pas viables si elles ne reposaient sur des individualités fortes, farouchement indépendantes, différentes par leurs parcours, leurs manières, leurs approches et préoccupations, dont ce Photo Poche porte pour chacune témoignage. Evoquant Tendance floue, Jean Baudrillard a écrit : «Il y a une sorte de philosophie derrière cette tendance. Et derrière ce flou, il y a l'intuition d'une mise au point impossible sur le réel. d'où le parti pris d'en saisir le mouvement, le mode d'apparition, dans une sorte d'anamorphose et d'improvisation ».

  • Le topo-guide de référence pour aller découvrir ou redécouvrir les hautes montagnes des Pyrénées espagnoles, de l'autre côté des Hautes-Pyrénées.

    Ce guide concerne la partie montagneuse du Haut-Aragon, qui sétend des sierras extérieures (formant comme un rempart au nord de Huesca) jusquà la cordillère centrale. Cette « petite » partie de lAragon comprend les Comarcas de Jacetania/Alto Gallego, Sobrarbe et Ribagorza, vieilles entités historiques, auxquelles sajoutent la Hoya de Huesca (Riglos et Loarre). Lensemble sétend sur quelque 9 000 km2 de montagnes (par comparaison, le département entier des Hautes-Pyrénées recouvre à peine 4 400 km2). On comprendra la difficulté dembrasser dans un si petit ouvrage une aussi grande étendue de montagnes. Nous avons pris le parti de montrer les divers aspects des systèmes montagneux dAragon : les sierras extérieures, dont lascension est éprouvante en été (à moins de partir très tôt) ; les vastes sierras intérieures, encore peu connues, où se trouvent pourtant les plus étonnants paysages de montagnes où se mêlent forêts, steppes et déserts africains aux oasis convoités ; la haute montagne enfin, qui compte les sommets les plus élevés des Pyrénées : Mont-Perdu, Posets, Aneto.

  • L'importance des ONG dans la vie politique, les relations internationales et l'économie n'est plus à démontrer. Considérées comme atypiques ou opérant dans des contextes extrêmes, leurs pratiques de gestion restent peu étudiées et mal comprises, notamment par rapport à celles des entreprises. En pleine mutation, les ONG posent pourtant des défis particuliers d'organisation.
    Ce livre propose une description des pratiques de gestion et de management spécifiques au monde des ONG. Il fournit un panorama de nature à intéresser toute personne souhaitant savoir comment sont gérées les ONG. Il s'intéresse à l'influence des valeurs (une éthique de la conviction) et de tendances macrosociologiques (la professionnalisation de l'action non gouvernementale) sur leurs techniques de gestion et d'organisation. Il analyse également la managérialisation des ONG, montrant comment l'orientation croissante vers la performance et l'efficacité entre en tension avec une vision fondée sur l'engagement, la vocation et le militantisme.

  • Ces cahiers de vacances proposent:
    - des exercices variés et progressifs reprenant clairement les principaux points du programme, - tous les corrigés, - et pour rendre la révision plus agréable : une rubrique "cocher c'est gagner!" pour tester ses connaissances de façon ludique.

  • Mystique franciscaine de la fin du XIIIe siècle (v. 1260-1309), béatifiée par l'Eglise pour les grâces reçues du Christ en personne, Angèle de Foligno demeure l'une des figures préférées de tout le courant spirituel issu de saint François d'Assise. Dans un siècle prophétique où se multiplient les mouvements de pénitence, et où les femmes font irruption sur la scène religieuse, elle est l'une de celles qui ont le plus radicalement appliqué la pauvreté évangélique.
    Née à Foligno en Ombrie, dans une famille riche, elle est mariée toute jeune par ses parents et connaît alors une vie mondaine et frivole qui lui fait abandonner la pratique des sacrements. Subitement convertie, elle voudrait bien se confesser, mais elle n'ose avouer toutes ses fautes au confesseur. Elle s'en va communier et reste tourmentée par cette communion sacrilège. C'est à ce moment-là qu'elle reçoit la vision de saint François d'Assise, mort vingt ans avant sa propre naissance. Elle multiplie alors les austérités, médite de longues heures, distribue aux pauvres ce qu'elle possède et passe pour folle aux yeux des siens. Et puis, elle perd coup sur coup, sa mère, son époux, ses fils. Elle se livre alors à la pauvreté absolue. Des visions du Christ crucifié lui font atteindre les sommets de la mystique dans des crises violentes qui effraient ses amis. Les dernières années de sa vie seront plus paisibles, favorisées de grâces extraordinaire. Le récit qu'elle dicta de ses expériences spirituelles est un des sommets de la littérature mystique.

  • Terres à vendre

    Cécile Cazenave

    Terres à vendre est un voyage documentaire qui passe par le Brésil, Dubaï, l'Éthiopie, Madagascar, l'Indonésie, les Philippines et l'Ukraine pour documenter un phénomène crucial : l'accaparement des terres agricoles.
    Néocolonialisme ou chance pour le développement ?
    Sept spécialistes mondialement reconnus nous donnent une vue d'ensemble de la question.
    Terres à vendre est surtout le résultat de deux ans de travail de quatre photographes du collectif italien TerraProject qui, de 2012 à 2013, ont parcouru ces sept pays pour comprendre les enjeux, représenter les acteurs et analyser les forces en présences de ce phénomène global.
    Si chaque reportage (images, textes et infographies) permet de dégager une problématique propre, les sept chapitres dessinent ensemble la géographie des équilibres agricoles de demain.
    />

  • Durant sa carrière d'écrivain, à plusieurs occasions, Albert Camus se présente comme un artiste, d'où sa complicité avec ceux qu'il rencontre, la sensibilité et l'intérêt qu'il témoigne au monde de l'art.
    Jean Grenier son professeur en Algérie le confirme : « Camus est assurément beaucoup plus un écrivain et un artiste qu'un penseur au sens étroit, et la passion qu'il a toujours eu pour le théâtre nous permet peut-être de le comprendre. » De nombreux sites favorisent les échanges de Camus et des artistes. Les rencontres se situent à Alger autour de lieux privilégiés, à Tipasa, à la Villa Abd-el-Tif, à Paris dans le monde du théâtre, enfin dans la quiétude de Lourmarin.
    Des affinités intellectuelles au-delà de simples sympathies conduisent Albert Camus et son entourage artistique en Algérie, terre d'ancrage, à adopter une façon commune de voir et de sentir.
    Les trois idées de beauté, mesure, nature sont au centre de la philosophie de Camus qu'il puise à la source grecque, elles serviront de référence aux artistes qu'il fréquente. Le thème solaire, constant dans son oeuvre reste au centre de leurs préoccupations. Après les épreuves de la guerre, une philosophie du bonheur les rassemble.
    Une pléiade d'artistes est évoquée dans leur relation avec Camus : Maurice Adrey, Armand Assus, Louis Bénisti, Charles Brouty, Jean Brune, Pierre-Eugène Clairin, René-Jean Clot, Marcel Damboise, Edy-Legrand, Sauveur Galliéro, Richard Maguet, Jean de Maisonseul, Orlando Pelayo et bien d'autres.
    Tous refusent le concept de « l'art artificiel », l'art des salons ou l'art purement formel au profit d'un art à l'échelle humaine que nous vous proposons de découvrir. Avant les « jeux de l'intelligence », ils se font les interprètes de la jeunesse, de l'amour et de la vie.
    Émouvant, honnête, sympathique, Camus est le représentant d'une époque où « chaque grande oeuvre rend plus admirable et plus riche la face humaine, voilà tout son secret ».

  • Victime pour une large part d'une vulgarisation de seconde main, ou de ce qu'il est convenu d'appeler une "idéologie française", l'oeuvre de Cari Gustav Jung est généralement très mal connue en France, ou sujette à de grandes incompréhensions - particulièrement sur le sujet de tout ce qui touche au "religieux", qui lui est tellement reproché.

    Spécialiste reconnu de la pensée jungienne, qui a influencé aussi bien Mircea Eliade qu'Henry Corbin, Gershom Scholem ou Henri-Charles Puech, Michel Cazenave, après avoir établi dans un premier volume ce qu'on peut entendre par la "réalité de l'âme", revisite, en les "refondant" pour l'occasion, les multiples textes qu'il a consacrés à ce problème des rapports de Jung et de la "psychologie jungienne" à l'expérience religieuse, afin de lever les malentendus qui se sont si souvent accumulés à ce sujet.
    Il permet ainsi de les replacer dans la perspective qui est la leur ; celle de la grande tradition de la philosophie allemande, de la pensée néo-platonicienne et de l'histoire de la culture de l'Occident, y compris dans sa découverte d'un Orient qui avait tant à lui apporter.

  • Victime en grande partie d'une vulgarisation de seconde main, l'oeuvre de Cari Gustav Jung est souvent mal connue en France, ou sujette à de grandes incompréhensions.
    Spécialiste reconnu de la pensée jungienne - qui a influencé aussi bien Mircea Eliade qu'Henry Corbin, Gershom Scholem ou H-C Puech - Michel Cazenave revisite, en les " refondant " pour l'occasion, les multiples études qu'il fui a consacrées, afin de replacer Jung dans les perspectives de la philosophie et de la théosophie allemandes, de la tradition du néo-platonisme et de l'histoire de la culture de l'Occident.
    A travers des chapitres variés tels que " Qu'est-ce vraiment qu'un archétype ? ", " La notion de synchronicité ", aussi bien que " Jung et le Christ " ou " Jung et la réincarnation ", il restitue toute la profondeur et tout le tranchant de la pensée de Jung, en montrant comment celle-ci est " adaptée " à l'évolution du monde moderne et pourquoi de plus en plus de " spécialistes " étrangers à la psychanalyse - anthropologues, artistes et critiques, scientifiques de pointe -, font appel à ses idées et à ses intuitions les plus fécondes.

  • Cet ouvrage aborde la méthode des éléments finis par la pratique en détaillant le principe d'approximation élémentaire, la problématique du maillage et de la validation des modèles de calcul, et l'étude de la non-linéarité géométrique et des méthodes de résolution associées. Cette seconde édition apporte en complément le traitement de la non-linéarité matérielle et des analyses dynamiques temporelles et spectrales.
    La méthode est accompagnée de calculs manuels ou semi- automatiques effectués avec le logiciel Mathcad TM dont les résultats sont recoupés avec les codes de calcul Advance Design/Eff el TM et Abaqus TM . Véritable outil de référence, cet ouvrage a pour objectif de familiariser les ingénieurs, les techniciens mais également les étudiants à la méthode des éléments finis, dont l'utilisation s'est généralisée dans l'industrie depuis une vingtaine d'années.


  • spécialiste de la pensée et de la philosophie médiévale, annie cazenave nous convie ici à une bien surprenante promenade.
    depuis le labyrinthe de la cathédrale de chartes et ses symboles jusqu'aux représentations de l'asie et de l'afrique, en passant par les contes et l'imagerie merveilleuse, celle des monstres et des sirènes, cet ouvrage nous plonge avec une évidente et communicative délectation dans l'univers mental et onirique des hommes et des femmes du moyen age. variés, de large éventail, les thèmes abordés dans ce livre tendent à un but commun : la découverte des hommes et d'une pensée qui n'est peut-être pas si éloignée de la nôtre.
    pour peu qu'avec l'auteur on veuille bien traverser quelques " ponts " entre ce lointain passé et des temps plus proches. les joies et les peurs d'alors ont pris d'autres formes. mais sont-elles si différentes ?.

empty