• "Alors que la menace d'un désastre climatique se fait de plus en plus pressante et que l'économie mondialisée apparaît de plus en plus inéquitable, l'auteur donne la parole à des citoyens, collectifs et mouvements dont les initiatives esquissent une autre société. Face au fantasme de croissance infinie dans un monde fini, 16 entretiens témoignent que changer le système est l'affaire de tous."

  • Nous, migrants

    Adret

    Lors du festival Visions d exil (Paris, novembre 2017), sur la scène du palais de la porte Dorée, un jeune poète se demande ; De quel pays suis-je ? Je n en sais rien. Je suis l exil en personne. Ce poète, auquel l Ofpra a refusé l asile, s appelle Mohamed Nour Wana. Ils sont des milliers, d Afrique, d Afghanistan, de Syrie, de Tchétchénie, contraints de quitter leur pays, à avoir choisi la France, pays des Droits de l Homme. L Etat français se montre non seulement indigne dans la gestion de l accueil, mais il s en prend à ceux qui leur viennent en aide. La société civile, elle, sauve l'honneur. Les collectifs Good Chance Theatre, la Fabrique nomade, l'atelier des artistes en exil, réussissent ce prodige : redonner dignité et joie de vivre à des personnes meurtries par les souffrances de la migration et de l'exil. - -

  • Résister

    Adret

    • Minuit
    • 25 Février 1997

    Des élèves d'un CES, dans un quartier défavorisé de Villeurbanne, déplacent leur classe dans le Hoggar et escaladent une montagne légendaire du Sahara.

    Des femmes maghrébines, tsiganes et asiatiques organisent ensemble la solidarité dans leur quartier, en Avignon.
    Des jeunes de banlieue décident de comprendre ce qui, dans leur " look ", fait tellement peur aux employeurs.
    Un conteur marocain parcourt les écoles du Pas-de-Calais et montre aux enfants les costumes, la musique, la cuisine arabes.
    Des musiciens de l'Orchestre national de Lille viennent initier les élèves d'une école primaire, dans un quartier " chaud " de Roubaix, à la musique classique.

    Des néo-ruraux hollandais sauvent de l'abandon un village de la Drôme, aident des jeunes à s'installer, montrent qu'une agriculture modeste, non-productiviste, est possible.

    Tandis que s'emballe la machine à fabriquer de l'exclusion, nombreux sont ceux qui ne se résignent pas. À la logique folle du " tout-économique ", à la montée d'une société radicalement inégalitaire, ils opposent les inventions du quotidien.

  • Devant la difficulté à penser le changement climatique et le désastre qui menace l'humanité, devant le fait qu'un monde plus économe en énergie serait plus égalitaire et plus riche en emplois, en particulier manuels et locaux, le collectif ADRET est allé à la rencontre de professionnels divers qui racontent avec vivacité, humour et persuasion comment ils ont adapté leur métier à la lutte contre le changement climatique.
    Science sans conscience n'est que ruine de l'âme. Loin de l'accusation ou de la culpabilisation, ce recueil d'entretiens nous fait prendre conscience des enjeux du réchauffement climatique et surtout de l'urgence à agir. Sans jamais verser dans le catastrophisme ou le scénario apocalyptique, des acteurs de cette lutte écologique s'appliquent à mesurer, avec rigueur et raison, l'état des lieux actuel, les limites à ne pas dépasser, les alternatives qui sont d'ores et déjà possibles et les nouvelles solutions que nous serons peut-être amenés à envisager.
    La diversité des personnes interviewées, la variété de leurs métiers nous prouvent que nous pouvons tous agir, à notre niveau, contre le réchauffement climatique.

  • Il ne fait plus de doute que le changement climatique est très largement dû aux activités des pays industrialisés. Si les émissions de gaz carbonique et d'autres gaz à effet de serre ne sont pas fortement réduites dans les décennies à venir, il en résultera des dégâts immenses et irréversibles.
    Ce livre pluridisciplinaire rassemble des points de vue scientifiques et politiques de sensibilités diverses, tous convaincus que la lutte contre le réchauffement de la planète est l'urgence de l'urgence et peut offrir l'occasion d'une conversion salutaire de notre système économique.
    Dans la situation historique, à nulle autre pareille, que nous vivons, c'est l'avenir de l'humanité en tant que telle qui se joue. Il est indispensable d'ouvrir les yeux sur le désastre et de saisir l'aubaine qui se présente à nous.

  • Les Chansons de Soulane sont une poétisation de l'ambivalence de l'existence humaine en ce qu'elle a de plus noble et de plus beau : l'autodétermination. L'existence appartient donc, au-delà des vicissitudes de la vie et de l'histoire, à ceux qui osent le « je » dans les choix significatifs pour se maintenir présents et debout. Soulane symbolise triplement la Terre ou la Patrie, la Mère et l'Enfant. Car, nous avons tous une Patrie, lieu de notre demeure, une Mère, et sommes tous des Enfants parce que nés d'une femme.

  • Maurice est Alsacien. En 1944, comme ses compatriotes de même âge, il est enrôlé dans la Wehrmacht. Sur le front russe, il connait la débâcle. Il déserte à la première occasion alors même que l'Alsace est partiellement libérée. La guerre laissera des traces indélébiles. Le jeune homme s'interroge sur tout ce gâchis. Sa volonté farouche de se battre contre les injustices et pour la dignité humaine nait sur ce terrain chaotique. Il reprend des études après guerre, devient journaliste, chroniqueur politico-judiciaire, et poursuit son combat pour prévenir des risques d'un retour possible de la barbarie. Il s'inquiète de l'érosion institutionnelle, de l'amnésie grandissante. Il voit l'édifice démocratique s'effriter.
    A cette quête s'ajoute celle du bonheur. Celui traduit par un simple frisson, celui, furtif, qu'il faut saisir pour ne pas le manquer, celui que la sérénité apporte.
    Vigilance, détermination et mémoire sont indispensables au tracé de la route du futur.
    Né le 2 mars 1952 à Soultz dans le Haut-Rhin. Baigné dans une culture bilingue jusqu'à l'âge de vingt ans. Juriste de profession depuis 1980. Approche du théâtre par la mise en scène du Dieu Kurt de Moravia, de Montserrat d'Emmanuel Roblès, de Douze Hommes en Colère de Réginald Rose et Je Veux Voir Mioussov de Valentin Kataiev. Premier ouvrage.

  • A 71 ans, paisible citoyen allemand, professeur de grec retraité, Edmond se retrouve héritier de sa belle-mère grecque, seconde épouse de son père. Parvenu sur l'île de Tinos pour y faire les démarches et prendre possession de son bien, il doit rapidement se confronter à la loi du silence qui entoure la provenance de l'héritage. Son écoute attentive lui permettra de cerner un chapitre ancien et turbulent de l'histoire du village. Cette énigme posée au soir de sa vie entraînera Edmond dans une série d'évènements inattendus qui le feront se libérer de son souvenir idéalisé des Cyclades. Cet ouvrage est une succession de suspenses délicats et d'harmonieux malentendus, de mensonges pieux, de passions violentes et contenues, d'abominables chantages, de corruption et d'abus de confiance. Mais aussi de douloureux souvenirs marqués par les conflits armés du 20ème siècle, les destructions, les turbulences politiques, la fuite, l'exil.
    Le tout raconté dans la douceur des nuits hellènes, le parfum des orangers et des citronniers en fleurs, dans la senteur des cierges de cire d'abeille allumés devant les icônes.

  • Avant d'être un cri de coeur, ce recueil est issu de la créativité de l'esprit. Il innove en donnant sens à ce qu'il y a de plus banal. Car, disons-le, l'essentiel gît dans le détail. « Et si vous voulez connaître Dieu, ne soyez pas préoccupés de résoudre des énigmes » (Khalil Gibran). Encore moins de s'embarrasser des abstractions.
    "Lueurs d'espérance" se veut ainsi un support qui concentre en soi la certitude que la vie vaut effectivement d'être vécue. Car elle est belle et magnifique. Que la force du visible n'amenuise point la capacité créatrice de l'esprit humain dans toutes ses virtualités déployées...

empty