• En 1870, rien ne s'est passé comme prévu... La guerre devait voir le triomphe de la France contre son ennemi prussien. Mais, rapidement défaite, l'armée française ne put empêcher la reddition de l'empereur et l'invasion du territoire national alors que le Second Empire laissait place à la République. Pendant ces quelques mois, George Sand s'inquiète et souffre de la chaleur ; Paul Déroulède reçoit son baptême du feu et découvre la fraternité des armes ; Hector Malot imagine son grand roman ; Victor Hugo chante la gloire d'un pays qui n'existera bientôt plus, tandis que Flaubert croit vivre la fin des temps et que le général américain Sheridan prend la mesure de la puissance allemande.
    Ce sont leurs voix, et celles de bien d'autres témoins, que nous fait entendre Thierry Nélias au fil de cette vaste fresque aussi précise que vivante. Dans une troublante préfiguration de l'" étrange défaite " de 1940, la guerre franco-prussienne de 1870 a marqué toute une génération, au point de faire basculer l'Europe entière dans une soif de revanche sans fin. Ecouter ceux qui l'ont vécue nous permet de comprendre pourquoi.

  • Le premier exil de l'Empereur, neuf jours d'un voyage méconnu.
    Octobre 1813, la Grande Armée est défaite à Leipzig. En quelques semaines, l'empire bâti par Napoléon va s'écrouler. Bientôt, Paris sera occupé.
    Vaincu, destitué, l'Empereur est condamné à l'exil. En chemin vers l'île d'Elbe, il traverse la France sous bonne garde et découvre un pays déchiré. Ballotté entre les vivats de la foule et ses lazzis haineux, il manque plus d'une fois de se faire tuer, se déguise pour ne pas être reconnu, change d'itinéraire.
    De Leipzig à Paris, puis de Fontainebleau à Saint-Raphaël, nous suivons, pas à pas, un homme aux ambitions brisées. Tandis qu'il s'achemine vers la terre de son exil, le sort de la France bascule, l'impératrice Marie-Louise s'en retourne en Autriche, anéantissant les rêves dynastiques de son époux, et Louis XVIII débarque à Calais pour relever le trône de ses ancêtres.
    À travers ce récit vivant et surprenant, Thierry Nélias brosse le tableau d'un Empire à son crépuscule. Celui de la France qui refuse de renoncer à sa grandeur.

  • Alors qu'elles se croyaient à l'abri des armées allemandes, les populations civiles vécurent comme un choc sans précédent les semaines de mai à septembre 1940.
    Certaines villes ne se réveillèrent-elles pas un matin sous les bombardements allemands ? une gigantesque pagaille s'installa : fuite éperdue des uns vers le sud de la france, au milieu d'embouteillages monstrueux et sous la mitraille des avions, volonté des autres de ne pas abandonner leur demeure et de camper au milieu des décombres. si la solidarité fleurit souvent au coeur de la tragédie, les profiteurs et autres criminels surgirent aussi.
    Très peu d'information sur l'état et le positionnement des armées. certaines lignes de chemin de fer coupées. quantité de villes privées d'eau courante, d'électricité et de téléphone. la désinformation s'étalant à la une des journaux. les postes de radio devenus rares. la france sans véritable chef. tandis que les rumeurs les plus insensées nourrissent la panique, le pays se démantèle. puis un jour, c'est la confrontation avec l'envahisseur...
    Thierry nélias a interrogé de nombreux témoins sur un territoire compris dans un triangle abbeville-paris-blois, une zone épargnée par l'occupation allemande de 1914-18. son enquête passionnante, nourrie de témoignages saisissants, permet de partager au plus près ce que furent, face à l'impensable, le désarroi et l'hébétude des français.

  • En route ! Au volant de sa voiture, Thierry Nélias nous invite à monter à bord et à partir avec lui sur les traces de la plus célèbre des routes de France : la Nationale 7.Étape par étape, du nord au sud, il nous emporte non seulement dans l'espace en nous plongeant dans la géographie de contrées fort variées, mais aussi dans le temps. Au récit des grands événements qui ont jalonné l'histoire de la route, il mêle les anecdotes savoureuses et les interviews de restaurateurs qui ressuscitent une époque révolue, magnifiée par la joyeuse chanson de Charles Trenet.On y suivra, par exemple, les origines antiques et royales de cette voie dont il subsiste quelques vestiges ; le transport en « chambre portative » de Richelieu entre Valence et Roanne, sur ce qui était alors le Grand Chemin de Paris à Lyon et la Grande Route de Lyon en Provence ; ou les périlleuses haltes de Napoléon en partance pour l'île d'Elbe, quand l'itinéraire s'appelait Route Impériale n°8 ; ou, enfin, plus cocasse, le circuit épique d'Hippolyte Panhard, le premier touriste de la Nationale 7, en 1893.Mais parler de la Nationale 7, c'est aussi évoquer l'ascension des grands noms de l'hôtellerie et de la restauration françaises, ou les beaux jours de nombreuses générations de riverains, du garagiste au restaurateur routier, en passant par le fabricant de nougats et le vendeur de balais.C'est donc à un voyage historique, hôtelier et culinaire, à travers trois bassins fluviaux et vingt-deux départements, que nous convie ce récit, conduit au triple galop.

empty