• Le département de la Savoie possède un riche patrimoine religieux : peuplé de 380 000 habitants, il compte 357 églises paroissiales et près de 700 chapelles rurales. De plus, l'ancienne ferveur catholique transparaît encore aujourd'hui dans le paysage, sous la forme de nombreux petits édifices que le langage populaire appelle "oratoire".
    Pour une recension complète et une étude précise de tous ces édicules, il fallait de la persévérance et de la passion. En effet, ils sont disséminés non seulement dans les bourgades et les villages, mais jusqu'au fond des alpages. Et c'est à ce long travail que s'est attelée Elise PASQUALINI, par ailleurs fort heureusement passionnée de marche en montagne. Pendant dix années, elle a fait fonctionner la tête et les jambes pour dénicher près de mille oratoires, ne ménageant ni son temps ni sa peine, toujours à la recherche de renseignements dans les archives ou auprès des historiens ou des spécialistes.
    Comme les deux autres volumes qui suivront, ce premier livre présente, commune par commune, chaque oratoire avec l'itinéraire pour l'atteindre, ainsi qu'une brève et précise description. Chaque monument est illustré par la photographie : une image vaut mille mots, dit un vieux proverbe.
    Enfin, la Savoie a son ouvrage sur les oratoires. Trois livres à consulter, indispensables aux historiens et à toux ceux qui s'intéressent au patrimoine cultuel et culturel de notre pays.

  • La Maurienne est une terre chrétienne. Selon la tradition ou la légende, Elie et Milet, envoyés par saint Pierre qui est à Rome, franchissent le Mont-Cenis pour annoncer la Bonne Nouvelle en Maurienne. Grégoire de Tours, mort en 594, nous apprend qu'une jeune fille, appelée plus tard Thècle, rapporte d'Egypte un pouce de saint Jean-Baptiste, qui attirera des foules de pèlerins dans la ville de Maurienne, où le roi Gontran crée un évêché vers l'an 575. Le christianisme se développe dans un contexte favorable, avec l'appui du roi burgonde saint Sigismond, puis de la dynastie des Humbertiens dont le berceau est à Saint-Jean-de-Maurienne. Enfin, les évêques de Maurienne, princes d'empire, sont des seigneurs temporels.
    La piété populaire se traduit sur le terrain par la présence de nombreux monuments. La vallée de Maurienne ne compte que 40.000 habitants, mais elle possède 80 églises paroissiales, plus de 250 chapelles et au moins autant d'oratoires. L'oratoire est un édifice modeste ; ce n'est pas un lieu de rassemblement des fidèles, mais simplement une niche qui protège une statue. Très nombreux en Maurienne, leur répartition est inégale : le plus grand nombre se situe dans la haute vallée. Ces édicules sont une expression réussie de l'art populaire local : les formes varient, depuis la niche dans un rocher ou un mur, pour aboutir à une véritable architecture évoquant une chapelle.
    Beaucoup d'oratoires ont disparu. Ceux qui subsistent font partie du paysage ; nous trouvons leur présence naturelle et ils ne doivent pas nous laisser indifférents : ce sont les témoins de la vie rude et de la profonde piété de nos Anciens. Ce livre sur les oratoires de Maurienne, comme le précédent sur ceux de la Tarentaise, réveille notre curiosité et nous rappelle l'intérêt de ces édifices. Pour réaliser ses ouvrages, Elise Pasqualini, avec persévérance et passion, a parcouru vallées et montagnes, bravant les difficultés dues au relief et parfois à l'incompréhension des habitants.
    Heureuse la Maurienne, qui a déjà été le sujet de nombreux livres. Il en manquait un sur les oratoires : la lacune est comblée, et de bien belle façon !

empty