• Madame Bovary

    Gustave Flaubert

    • Droz
    • 30 Juin 2011

    Emma Bovary yearns for a life of luxury and passion of the kind she reads about in romantic novels. But life with her country doctor husband in the provinces is unutterably boring, and she embarks on love affairs to realize her fantasies. This new translation by Margaret Mauldon perfectly captures Flaubert's distinctive style.

  • Les contemplations

    Victor Hugo

    • Droz
    • 30 Juin 2011

    Les Contemplations de Victor Hugo est un recueil de poésies écrites entre 1834 et 1855. Regroupés en deux tomes, ces poèmes se divisent entre Autrefois et Aujourd'hui, une période heureuse où l'auteur contemplait la richesse de l'amour et de la nature, et des jours plus sombres frappés par le deuil de sa fille Léopoldine. Michael Lonsdale et Denis Podalydès lisent en alternance les six livres que composent Les Contemplations, l'un des écrits les plus connus de la langue française.

  • Collection « Classiques » dirigée par Michel Zink et Michel Jarrety Madame de La Fayette La Princesse de Clèves « La magnificence et la galanterie n'ont jamais paru avec tant d'éclat que dans les années du règne de Henri second », et c'est bien sur le théâtre de la brillante cour des Valois que se noue et se joue la passion de la princesse de Clèves et du duc de Nemours. Passion tacite, et qui ne s'exprime longtemps que par des signes : un portrait dérobé, la couleur d'un vêtement au tournoi, la soudaine émotion d'un visage. Passion tragique, aussi, dont la mort est la conséquence imprévue.
    Si La Princesse de Clèves, lors de sa parution en 1678, est le livre le plus immédiatement commenté de son époque, c'est que, sans rompre totalement avec le roman antérieur, il y introduit le souci de vraisemblance et de brièveté qui caractérise alors la nouvelle, et concilie de manière neuve narration et psychologie. Le premier des romans d'analyse ? Certainement. Mais simplement, aussi, un grand roman sans romanesque.

    Edition de Philippe Sellier.

  • Candide ou l'optimisme

    Voltaire

    • Droz
    • 1 Janvier 1968

    La trentaine d'illustrations, en couleur et en noir et blanc, qui accompagneront le texte de Voltaire ont été publiées par The Folio Society au Royaume-Uni dans un volume de luxe, au tirage limité à 1 000 exemplaires et vendu à 195 livres.
    Elles sont inédites en France. Le volume Folio sera imprimé sur du Périgord mat 120g ; il ne comprendra pas d'appareil critique.

  • Zadig ou la destinée

    Voltaire

    • Droz
    • 1 Janvier 1965

    Bibliolycée : une collection d'oeuvres classiques conçue pour les élèves de lycée et recommandée par les enseignants - Le texte intégral annoté.

    - Un questionnaire bilan de première lecture.

    - Des questionnaires d'analyse de l'oeuvre.

    - Des corpus accompagnés de questions d'observation et de travaux d'écriture.

    - Une présentation de l'auteur et de son époque - Un aperçu du genre de l'oeuvre et de sa place dans l'histoire littéraire.

  • Deux personnages déambulent en philosophant. On ne sait qui ils sont. On ne sait d'où ils viennent. On ne sait où ils vont. Tout ce que l'on sait, c'est que l'un est le maître de l'autre. Bientôt on se demandera lequel.
    Présentation .
    Genèse de Jacques le Fataliste .
    Roman et vérité .
    Ordre et désordre .
    Les procédés de la narration .
    Un roman philosophique ?

  • Adolphe

    Benjamin Constant

    • Droz
    • 1 Janvier 1950

     « ... L'amour crée, comme par enchantement, un passé dont il nous entoure. Il nous donne, pour ainsi dire, la conscience d'avoir vécu, durant des années, avec un être qui naguère nous était presque étranger. L'amour n'est qu'un point lumineux, et néanmoins il semble s'emparer du temps. Il y a peu de jours qu'il n'existait pas, bientôt il n'existera plus ; mais, tant qu'il existe, il répand sa clarté sur l'époque qui l'a précédé, comme sur celle qui doit le suivre. » Introduction, notes et commentaires de Gilles Ernst. 

  • Le neveu de Rameau

    Denis Diderot

    • Droz
    • 1 Janvier 1977

    "Impression en « gros caractères » et version numérique téléchargeable gratuitement à partir du livre.
    ""Qu'il fasse beau, qu'il fasse laid, c'est mon habitude d'aller sur les cinq heures du soir me promener au Palais-Royal. C'est moi qu'on voit, toujours seul, rêvant sur le banc d'Argenson. Je m'entretiens avec moi-même de politique, d'amour, de goût ou de philosophie. J'abandonne mon esprit à tout son libertinage."" Diderot"

  • Des délits et des peines

    Cesare Beccaria

    • Droz
    • 1 Janvier 1965

    Qu'est-ce qu'une peine juste ? Qu'est-ce qu'une violence juste ? À partir de quelques principes clairs et évidents, Beccaria fonde le droit pénal moderne : principe de proportionnalité, distinction du crime et du péché, codification (principe de légalité), principe d'utilité, dépénalisation des délits d'opinion et de moeurs, etc. Des délits et des peines reste d'une brûlante actualité en nous apprenant que le droit pénal a toujours pour vocation de défendre le plus faible contre le plus fort : ce plus faible qui, au moment du crime, est la victime ; ce plus faible qui, au moment du procès, est le prévenu ; ce plus faible qui, au moment de l'exécution, est le condamné.

  • En Ménage ne peut être lu comme une déclinaison mineure du credo naturaliste. Si Zola y goûte « l'éternelle souffrance et l'éternelle bêtise de la vie », Huysmans propose avec ce faux roman d'adultère paru en 1881 une vaste interrogation de l'écriture contemporaine dans sa vocation à représenter la modernité. André l'écrivain et Cyprien le peintre ne cessent de douter de la validité de leur art, au cours d'un récit qui joue d'une spécularité telle qu'il s'extirpe du carcan du manifeste et le congédie par l'élan dévastateur de l'ironie. Dans le mouvement qui le conduit à poser les principes d'une nouvelle province de la psychologie humaine, cette crise juponnière, Huysmans se gausse de la pensée systématique et des stéréotypes qui l'incarnent. C'est bien cette défiance, et, partant, l'invention du roman sceptique, que Gilles Bonnet identifie en établissant l'édition critique d'En Ménage.

  • La chanson de roland

    Collectif

    • Droz
    • 1 Janvier 2003

    Depuis sa parution en Italie en 1971, l'édition critique de la Chanson de Roland par Cesare Segre s'est imposée comme la " bible " des rolandiens.
    En 1989 a paru la version française de cette édition, due au soin talentueux de Madeleine Tyssens. Les médiévistes français ont salué d'une seule voix les qualités de l'ouvrage. Aujourd'hui reparaît l'édition du texte critique de la version O avec ses variantes, enrichie de l'ample introduction et de l'index des noms propres de Cesare Segre, ainsi que d'un glossaire établi par Bernard Guidot. Ce faisant, cette édition est un remarquable instrument d'enseignement pour découvrir ou redécouvrir la Chanson de Roland.

  • Illuminations

    Arthur Rimbaud

    • Droz
    • 1 Janvier 1969

    Dans Folioplus classiques, le texte, enrichi d'une lecture d'image, écho pictural de l'oeuvre, est suivi de sa mise en perspective organisée en six points :

    - Mouvement littéraire : Révolutions rimbaldiennes - Genre et registre : Poétique de l'image et de la contradiction - L'écrivain à sa table de travail : Difficultés du recueil - Groupement de textes : « Le lieu et la formule » : rêve, poésie et mouvement - Chronologie : Arthur Rimbaud et son temps - Fiche : Des pistes pour rendre compte de sa lecture Recommandé pour les classes de lycée.

  • Marguerite d'Angoulême, duchesse d'Alençon puis reine de Navarre, nous a laissé un recueil de soixante-deux nouvelles qui devait composer un Décaméron français.
    Dans cette suite d'histoires le plus souvent joyeuses, parfois aussi sérieuses, ce ne sont que mauvais tours joués par les femmes à leurs maris, ou l'inverse, entreprises déloyales de moines paillards, roueries de religieuses alertes, où la vertu tient autant de place que la gaillardise.
    Mais ces contes ne sont pas que pure gauloiserie. Derrière la satire, Marguerite de Navarre dénonce l'intolérance d'un monde brutal, les mensonges et l'hypocrisie des rapports entre hommes et femmes.
    L'Heptaméron est une des grandes oeuvres de la littérature française.

  • Le tome V nous entraîne dans la Chine du Sud, récemment conquise par l'empereur mongol. Mêlant sans doute divers déplacements effectués au cours de son long séjour dans l'Empire du Milieu, le voyageur présente l'ex-empire des Song selon un itinéraire qui mène de la ville de Huaian, sise à l'époque sur le Fleuve Jaune, au grand port méridional de Quanzhou, lieu d'embarquement pour le retour des Polo vers l'Europe en 1291. Chemin faisant, on suit le Grand Canal et on fait étape dans les cités célèbres de Yanzhou, puis de Suzhou, la Venise chinoise, avant de parvenir à Hangzhou, la grande métropole méridionale, et d'atteindre enfin les ports animés de Fuzhou et Quanzhou. Une digression vers l'intérieur des terres permet d'évoquer le long siège de Xiangyang et de présenter rapidement Kaifeng, ancienne ville impériale. Marco Polo porte toujours un regard curieux sur les paysages, les édifices, les produits et les coutumes remarquables. Hangzhou retient particulièrement son attention. L'ancienne capitale des Song, vivante image d'une civilisation raffinée, le séduit par son magnifique urbanisme, sa foisonnante richesse et son fourmillement de vie. Grâce à elle la merveille devient réalité.

  • Le lai de Lanval

    Marie De France

    • Droz
    • 1 Janvier 1958

    Marie de France Le Lai de Lanval Composé par Marie de France à la fin du xiie siècle, ce lai est un pur conte de fées. Son héros vit au temps mythique des chevaliers de la Table Ronde, à la cour du roi Arthur. Mais le roi l'a oublié dans ses largesses et il se trouve dans la misère. Il quitte les siens, en quête d'un autre monde plus favorable, et rencontre une femme mystérieuse, éblouissante de beauté, qui lui offre son amour et sa protection : «Lanval, mon ami, c'est pour vous que j'ai quitté ma terre, je suis venue de loin pour vous chercher. Si vous vous montrez valeureux et courtois, ni empereur, ni comte, ni roi ne pourront prétendre à votre bonheur car je vous aime plus que tout ! » Amoureux au premier regard, Lanval accepte toutes les propositions de la belle inconnue, qui ne sera jamais nommée. C'est une fée, qui offre au héros son amour et toutes les richesses du monde à une seule condition, qu'il accepte aussitôt : il devra toujours garder le secret sur leur union. Mais cet amour sera contrarié par la société humaine. Lanval et son amie ne trouveront le bonheur qu'au pays des fées, le monde rêvé où l'amour peut s'épanouir sans entraves.

  • Moralites legendaires

    Jules Laforgue

    • Droz
    • 1 Janvier 1980

    Le plus tendre, le plus séduisant, le plus funambulesque des écrivains fin de siècle.
    Hamlet, lohengrin, pan, persée, salomé sont les héros des moralités légendaires ; dépouillés de leur défroque de mythologie ou d'histoire, ils évoluent dans un monde irréel dont l'invraisemblance et la fantaisie relèvent à la fois de la fable philosophique et de la loufoquerie d'un canular de potache. contemporain de jarry et de verlaine, ami de seurat et de fénéon, laforgue, mort phtisique à vingt-sept ans, a été un des princes de l'absurde et le gérard de nerval de l'esprit décadent.

  • Publié en 1554, sans nom d'auteur, le Lazarillo de Tormès raconte, sous la forme d'une confession, les aventures juvéniles d'un crieur public qui s'estime parvenu au comble du bonheur en faisant ménage à trois avec la servante d'un archiprêtre. Mais, sous ces apparences facétieuses, se cache mal une satire de l'Espagne de Charles Quint, ce qui lui valut d'être mis à l'index en 1559. Aussi bien a-t-on été tenté d'y voir la main d'un écrivain érasmisant, mais les attributions qui en ont été faites récemment à Juan de Valdès ou Juan Luis Vivès sont inconciliables avec la date de sa composition, qui a pu être fixée postérieurement à leur mort. Cette objection ne vaut pas, par contre, pour Francisco de Enzinas qui, déjà célèbre dans les milieux de la Réforme par ses traductions de l'Institution de la religion chrétienne de Calvin et du Nouveau Testament révisé par Erasme, projeta en 1548 de publier, par nécessité financière, un "livre en espagnol", que l'on a pris à tort pour une simple traduction du latin ou du grec. Selon l'hypothèse émise par Roland Labarre, il ne s'agissait de rien de moins que du Lazarillo de Tormès qui, resté à l'état de brouillon lorsque Enzinas mourut le 30 décembre 1552, aurait été acquis par le libraire Arnold Birckmann, lequel l'aurait lui-même grossièrement remanié avant de le remettre à l'imprimeur anversois Martin Nuyts. Ainsi s'expliqueraient les nombreuses erreurs des princeps auxquelles la présente édition s'est efforcée de remédier.

empty