Yves Ravey

  • Jean Seghers est inquiet : sa station-service a été déclarée en faillite. Son veilleur de nuit-mécanicien lui réclame ses indemnités et, de surcroît, il craint que sa femme entretienne une liaison avec le président du Tribunal de commerce.
    Alors, il va employer les grands moyens.

  • Pas dupe

    Yves Ravey

    Livre après livre, Ravey creuse dans ses obsessions, et ses personnages forment une grande famille d'inadaptés toujours un peu égarés. On ne sait si le narrateur de Pas dupe, Salvatore Meyer, est un idiot ou un roublard, une victime ou un meurtrier ; il est le narrateur du livre et nous raconte ce qu'il veut bien nous raconter. Mais il va avoir affaire à un coriace : l'inspecteur de police Costa Martin Lopez.
    L'intrigue est à la fois précise et farfelue, semée d'embûches pour égarer le lecteur. Jusqu'au dernier paragraphe on ne saura pas qui dupe qui, car cette histoire en apparence banale s'avère abracadabrante. La question de départ - l'amant ou le mari ont-ils provoqué l'accident de Tippi ? - se complexifie alors qu'on découvre les circonstances du drame. En particulier l'étrange relation de soumission que Salvatore Meyer semble avoir entretenue avec sa femme, et son rôle de souffre-douleur, voire de larbin, qu'il a joué dans l'entreprise de son beau-père où il est employé - une entreprise de démolition, soit dit en passant. Tout ceci intrigue l'inspecteur tout droit sorti d'un film de série B.
    La langue de Ravey colle parfaitement à cet univers. Une écriture blanche, maîtrisée, où l'auteur glisse quelques formules dignes d'un dialogue des années 1950. « Vous êtes un des premiers, monsieur Meyer, à venir sur les lieux, vous êtes son mari, et vous ignoriez ce qu'elle allait faire dans le ville voisine, sur une route aussi dangereuse, si tôt le matin, c'est curieux, non ? » Mais, même si l'on étudie tous les aspects de ce texte, quelque chose encore nous échappera. Car il y a un mystère Ravey.
    Le narrateur comme les autres protagonistes de Pas dupe sont embarqués malgré eux dans une société qui les encourage à miser l'argent qu'ils n'ont pas et à endosser des rôles pour lesquels ils ne sont pas taillés. Il y aura seulement une phrase sur le milieu d'origine de Salvatore Meyer. Elle indique que son père vit dans un mobile home, sur un parking, quelque part en Arkansas. Et cette phrase est peut-être la clef du roman entier.
    Sylvie Tanette, Les Inrockuptibles

    Ajouter au panier
    En stock
  • Après vingt ans d'absence, Marcello Martini est convoqué par sa tante, une vieille dame fortunée qui finit ses jours dans une maison de retraite médicalisée, en ayant gardé toute sa tête.
    Elle lui fait savoir qu'elle met fin à son virement mensuel et envisage de le déshériter.
    Une discussion s'engage entre eux et ça démarre très fort.

    À nouveau, le romancier cerne au plus près de l'action qu'il raconte et s'interdit toute évasion ou interprétation.

    Quand on lit un roman d'Yves Ravey, on voudrait entrer, par effraction, pour un instant, dans la tête de l'auteur. Cela afin de mesurer ses intentions, ses sentiments surtout, d'évaluer quelles pensées le guident, quelle idée préside à l'invention de l'histoire qu'il est en train de nous conter. Comme si le résultat, c'est-à-dire le roman construit, écrit, publié, avec son intrigue bien délimitée, avec ses personnages, leurs noms, leurs actions, etc., ne suffisait pas et qu'un lourd mystère planait, que la lecture ne dissipe pas - bien au contraire... Et pourtant, au départ comme à l'arrivée, tout semble limpide : pas de complications psychologiques, pas de narration emberlificotée, à plusieurs niveaux, pas de troubles étalés, disséqués, de la conscience des personnages. Dans le précédent roman, Sans état d'âme (Minuit, 2015), les ressorts de l'intrigue étaient actionnés avec une certaine subtilité : il y avait comme un tremblement. Ici, ces mêmes ressorts sont visibles, la ligne narrative est volontairement épurée... Et cependant, le mystère demeure. Et même exposé à la pleine lumière, il n'est pas levé à la fin du livre.
    Comme dans un roman policier, on reste suspendu à l'action, dans l'attente de son dénouement. C'est bien le destin des protagonistes qui est en jeu, leur avenir, leur vie et leur mort. Simplement, cette action, si minutieusement décrite fût-elle, sans échappée ni digression, donne au lecteur un sentiment de forte (mais indéterminée) inquiétude. Chef d'orchestre, Yves Ravey ne cherche à imposer aucun point de vue - même si un lointain arrière-fond de préoccupations politiques et sociales, morales aussi, est présent. Finalement, le charme très singulier de son art est concentré dans la diffusion et l'organisation de cette inquiétude.
    Patrick Kéchichian, La Croix, 7 septembre 2017

    Ajouter au panier
    En stock
  • Avant de mourir à l'hôpital militaire de Montauban, Louis m'a révélé l'existence de sa fille Mathilde dont il avait perdu la trace. Il savait seulement qu'elle avait passé des années en hôpital psychiatrique et qu'on lui avait retiré la garde de son enfant.
    Il m'a alors demandé de la retrouver. Et j'ai promis. Sans illusion. Mais j'ai promis. Et c'est bien par elle que tout a commencé.

    « Les habitués le savent, les néophytes le pressentent d'emblée : on n'est jamais trop minutieux, trop circonspect, lorsqu'on entreprend la lecture d'un roman d'Yves Ravey. Jamais trop soucieux de la moindre précision atmosphérique, géographique ou généalogique, de la couleur d'une robe, d'un canapé ou du mobilier d'une chambre d'hôtel, d'un modèle de voiture ou du parfum fruité d'un milkshake... D'où vient que chaque détail, si réaliste et trivial soit-il - et il l'est, très généralement -, fait l'effet tout ensemble d'élément capital et de bombe à retardement subrepticement déposée, affleurant à la surface d'une prose limpide, n'attendant que le bon moment pour exploser et révéler son potentiel funeste ? Allez savoir, mais c'est ainsi : avant même que s'enclenche véritablement la mécanique de haute précision qu'est toute intrigue d'Yves Ravey, l'attention est aiguë, le lecteur aux aguets - l'oeil écoute. » (Nathalie Crom, Télérama) Ce roman est initialement paru en 2014.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Madame Rebernak ne veut pas recevoir son cousin Freddy à sa sortie de prison. Elle craint qu'il ne s'en prenne à sa fille Clémence. C'est pourquoi elle décide d'en parler à Maître Montussaint, le notaire qui lui a déjà rendu bien des services.

  • Max et Jerry ne se sont pas revus depuis que Jerry a quitté la maison familiale pour l'Afghanistan. Max, son frère, est resté comptable dans une entreprise d'emboutissage. Et, si, un soir, Jerry passe la douane en fraude pour un retour de quelques heures parmi les siens, c'est que, comme Max, il poursuit un objectif qui devrait lui faire gagner beaucoup d'argent. Le plan ne peut échouer. Quitte à employer les grands moyens.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Le drap

    Yves Ravey

    Après avoir respiré des vapeurs nocives dans l'imprimerie oú il travaille, monsieur carossa tombe malade.
    Par crainte d'un licenciement, il demande au médecin le silence. et puis, un jour, il ne se lève pas. comme un animal écrasé sur la route, il gît, à même le drap.

  • John Lloyd disparaît une nuit sans laisser de trace.
    Stéphanie, sa petite amie, va charger Gustave Leroy de mener l'enquête.
    C'est sans compter sur son dépit amoureux.
    Ni sur l'arrivée de Mike Lloyd qui entend bien retrouver son frère.

  • Bambi bar

    Yves Ravey

    Quand les gendarmes frappent chez Léon, à l'aube, ils prétendent enquêter sur la voiture qui a renversé une jeune fille à la sortie d'un dancing.
    Mais, très vite, leurs questions s'orientent sur les activités du Bambi Bar qui emploie cette jeune fille dans des conditions pour le moins louches et qui vient d'engager Léon pour réparer la chaudière

  • L'épave

    Yves Ravey

    La voiture d'un touriste allemand dérape dans un virage : trois morts. Et déjà List le mécanicien est sur place pour piller l'épave et proposer ses services au père du chauffeur. Car cet homme, obsédé par la mémoire de son fils, ne quittera pas la ville sans avoir récupéré certaines affaires restées dans la voiture.
    Il a de l'argent. Et List a les photos, comme les autres souvenirs.

  • Cutter

    Yves Ravey

    L'Institut de surveillance avait placé Lucky et Lili au service des Kaltenmuller. Lili était chargée du ménage, Lucky des fleurs, sous l'autorité de leur oncle Pithiviers qui leur avait ordonné de taire tout ce qu'ils voyaient. Mais c'était sans compter sur l'amour de Lucky pour sa soeur ni sur les multiples usages du cutter.

  • Le dancing Chez Malaga est en émoi. Alfredo, le fils de la patronne est de retour après seize ans passés à l'étranger.
    Mais Alfredo ne revient pas dans la seule intention de revoir ses proches. Il doit récupérer un document de la plus haute importance.

  • Si personne n'est convaincu par les deux hommes qui débarquent rue Jouffroy d'Abbans afin de régler ce fléau des parasites qui ont envahi les charpentes des maisons, en revanche, tous se laissent prendre au piège de leur manie : madame Domenico et son désir de plaire, monsieur Domenico et sa jalousie, monsieur Carossa et la coupe de son bois ; quant au petit garçon, lui, il va devenir leur otage.

  • Tout cela venait de ce que je me sentais en parfaite harmonie avec la composition de Malevitch ; cela est rare parce qu'on ne peut se sentir en parfaite harmonie, je parle dans les conditions où je me trouvais, que si s'est accomplie une mystérieuse opération qui concerne ce que l'homme a en lui d'universel et ce que l'oeuvre d'art contient en elle-même d'universel.

  • La concession Pilgrim

    Yves Ravey

    • Minuit
    • 9 Novembre 1999

    Le jour où Tyrone Pilgrim découvre dans la fosse commune une mâchoire surmontée de son crâne et de deux dents en or, son père, le fossoyeur, décide de réhabiliter tous les morts anonymes victimes de la milice en leur offrant une sépulture. Le projet est interrompu par un incendie dans lequel ils meurent calcinés.
    C'est Angelica Pilgrim qui reprend la vente des concessions, mais elle n'avait pas prévu l'arrivée de son beau-frère, qui réclame sa part de cette affaire juteuse.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Le visage de ma fille qui s'était défenestrée dans son appartement de Munich ne me quittait plus. À cette époque, il m'était impossible d'écrire. Je passais des heures dans mon cabinet de travail, sans bouger, devant des piles de feuilles blanches. J'en étais là à me morfondre quand mon cousin Golo a frappé à la porte. Il m'a écouté et il a essayé de comprendre. Ce qu'il voulait, c'était m'aider, et moi j'étais heureux qu'il soit là.
    Aussitôt il m'a proposé de travailler avec lui, une entreprise de flippers et d'électroménagers, c'était formidable, j'ai répondu que j'étais d'accord. Golo donnait des coups de marteau dans les caisses des billards électriques et moi, je partais en livraison, sillonner les rues de Vaubant. Toute idée d'écriture m'avait abandonné.
    Mais un jour, on est venu me voir. " On ", c'était un de ces personnages détestables qui composaient le monde des écrivains ; et tout a basculé, je suis entré à nouveau dans ce mythe qu'est la littérature, en commettant l'erreur de croire que ce mythe m'était accessible.
    J'ai alors quitté mon cousin. Golo était quelqu'un d'intelligent, selon lui, il me fallait poursuivre ce travail, et ceci, il l'exprimait en me répétant qu'il allait me fournir un ordinateur portable, tu verras, disait-il, un truc pareil, c'est l'enfer !
    C'était le temps merveilleux de cette horrible littérature. J'écoutais la voix de ma fille, j'écoutais la musique de sa voix par le souvenir, rien d'autre ne pouvait advenir que ma fille qui tapait aux carreaux pendant que j'essayais d'écrire.

  • On se découvre dans le jardin, puis au milieu de la cour nue, puis au bord d'une route départementale.
    Le jardin était luxuriant, on y apercevait ma grand-mère sous son chapeau de paille les matins d'été. le livre ne traverse pas la vie, la vie traverse le livre. d'oú ces marques pratiquées sur le bord des pages. on ne fait pas l'expérience d'un livre en découvrant le reflet de sa propre expérience, c'est le livre qui vient à nous et nous traverse, qui se découvre dans notre expérience. c'est le souvenir de ce que nous fûmes qui est à l'origine du livre.

  • Alerte

    Yves Ravey

    Mandrake Lennox, rapporteur à la Chambre des Sites, ne dispose que d'une journée pour révéler, aux historiens participant à la visite du camp de Waxhausen, les effets du salpêtre sur le mirador. Il en va de la validité scientifique de sa découverte.
    Simultanément, comme il pressent le danger qui menace sa fille à cause du mystérieux Karl, il se demande s'il peut compter sur sa femme quand elle lui promet de se rendre au rendez-vous qu'ils ont le soir même.
    Autant d'interrogations qui le tiennent en alerte. Doit-il quitter le camp et rejoindre sa fille ou téléphoner à la police ?

  • Monparnasse reçoit

    Yves Ravey

    • Minuit
    • 2 Octobre 1997

    Andy et willa emménagent dans leur nouvel appartement.
    C'est dans cet immeuble fréquenté par les cafards, avec comme voisines eléonore, la propriétaire, et madame kornblique, la couturière, que le jeune couple va construire son bonheur.
    Mais voilà, il y a fitch, pilier de cabaret au dinosaure siffleur, l'amant d'eléonore, ou ex-amant, séducteur sur le retour, qui débarque un soir. et fitch, c'est le tournant de l'existence d'andy.
    Brad palance, prête à saint-françois-xavier, a beau tout entreprendre pour convaincre andy qu'il se fait doubler, personne ne l'écoute.

    Nous sommes pourtant chez monparnasse, le frère d'eléonore, qui, lui, devrait détenir la solution. ici, en effet, c'est monparnasse qui décide de tout, en définitive.

  • L'archipel au-dessus du jardin public et du parc. Les habitants vaquent à leurs occupations. Une suite d'îlots composés de garde-fous et de jardins suspendus avec des fleurs. Les habitants regardent passer les oiseaux. Les oiseaux survolent le parc. Ensuite, le regard végétatif d'une vie qui s'accomplit. Sa finitude. L'infini bordé de jardinières, le geste de la conscience, d'une île à l'autre, le passage du vent et le regard captif. Enfin la promenade dans la cour minuscule du souvenir.
    Yves Ravey

empty