Ligaran

  • Impression en « gros caractères ». Extrait : "DOM JUAN : Quoi ? tu veux qu'on se lie à demeurer au premier objet qui nous prend, qu'on renonce au monde pour lui, et qu'on n'ait plus d'yeux pour personne ? La belle chose de vouloir se piquer d'un faux honneur d'être fidèle, de s'ensevelir pour toujours dans une passion, et d'être mort dès sa jeunesse à toutes les autres beautés qui nous peuvent frapper les yeux ! Non, non : la constance n'est bonne que pour des ridicules."

  • Le misanthrope

    Molière

    • Ligaran
    • 3 Février 2014

    "Impression en « gros caractères » et version numérique téléchargeable gratuitement à partir du livre.
    Comédie de moeurs en cinq actes daté de 1666, Le Misanthrope est ainsi décrit par l'auteur dans sa préface : ""Alceste, homme honnête et vertueux, mais exagérant l'honnêteté et la probité [.] est épris de Célimène, jeune veuve de 20 ans, coquette et médisante."""

  • Impression en « gros caractères ». Extrait : «Le mariage, Agnès, n'est pas un badinage : À d'austères devoirs le rang de femme engage; Et vous n'y montez pas, à ce que je prétends, Pour être libertine et prendre du bon temps. Votre sexe n'est là que pour la dépendance : Du côté de la barbe est la toute-puissance.»

  • L'avare

    Molière

    • Ligaran
    • 3 Février 2014

    "Impression en « gros caractères » et version numérique téléchargeable gratuitement à partir du livre.
    Comédie en 5 actes inspirée de Plaute, L'Avare est l'une des grandes comédies de moeurs de Molière, dénonçant par le rire les vices humains. Ici, Harpagon, pingre et mauvais père, cherche à marier ses enfants de façon ""rentable"". Cléante et Élise ne l'entendent pas de cette oreille, et aidés de Valère et Frosine tenteront de déjouer l'avarice paternelle."

  • Les fourberies de Scapin

    Molière

    • Ligaran
    • 30 Octobre 2014

    Extrait : "GERONTE : Mais que diable allait-il faire à cette galère ? SCAPIN : Oh ! que de paroles perdues ! Laissez là cette galère, et songez que le temps presse, et que vous courez risque de perdre votre fils. Hélas ! mon pauvre maître, peut-être que je ne te verrai de ma vie, et qu'à l'heure que je parle, on t'emmène esclave en Alger. Mais le Ciel me sera témoin que j'ai fait pour toi tout ce que j'ai pu ; (...)"

  • Le bourgeois gentilhomme

    Molière

    • Ligaran
    • 30 Octobre 2014

    Extrait : "MONSIEUR JOURDAIN : Et comme l'on parle qu'est-ce que c'est donc que cela ? MAITRE DE PHILOSOPHIE : De la prose. MONSIEUR JOURDAIN : Quoi ? quand je dis: "Nicole, apportez-moi mes pantoufles, et me donnez mon bonnet de nuit", c'est de la prose ? MAITRE DE PHILOSOPHIE : Oui, Monsieur. MONSIEUR JOURDAIN : Par ma foi ! il y a plus de quarante ans que je dis de la prose sans que j'en susse rien, et je vous suis le plus obligé du monde de m'avoir appris cela."

  • Impression en « gros caractères ». Extrait : "SGANARELLE : Soit. Je te pardonne ces coups de bâton en faveur de la dignité où tu m'as élevé : mais prépare-toi désormais à vivre dans un grand respect avec un homme de ma conséquence, et songe que la colère d'un médecin est plus à craindre qu'on ne peut croire."

  • Les femmes savantes

    Molière

    • Ligaran
    • 30 Octobre 2014

    Extrait : "BELISE : O cervelle indocile ! Faut-il qu'avec les soins qu'on prend incessamment, On ne te puisse apprendre à parler congrûment ? De pas mis avec rien tu fais la récidive, Et c'est, comme on t'a dit, trop d'une négative. MARTINE : Mon Dieu ! je n'avons pas étugué comme vous, Et je parlons tout droit comme on parle cheux nous. PHILAMINTE : Ah ! peut-on y tenir ? BELISE : Quel solécisme horrible !"

  • Impression en « gros caractères ». Extrait : "TOINET : Que diantre faites-vous de ce bras-là ? ARGAN : Comment ? TOINET : Voilà un bras que je me ferais couper tout à l'heure, si j'étais que de vous. ARGAN : Et pourquoi ? TOINET : Ne voyez-vous pas qu'il tire à soi toute la nourriture, et qu'il empêche ce côté-là de profiter ?"

  • Impression en « gros caractères ». Comédie de Molière en cinq actes de 1660, Molière présente l'intrigue en ces mots : "La pièce débute par le mécontentement de deux gentilshommes, La Grange et Du Croisy, qui viennent d'être reçus avec mépris par Madelon et Cathos, respectivement fille et nièce de Gorgibus, bourgeois de province récemment installé à Paris, qui voulait les leur donner en mariage. La Grange promet de se venger avec l'aide de son valet Mascarille..."

  • Impression en « gros caractères ». Extrait : "TARTUFFE : Ah! pour être dévot, je n'en suis pas moins homme ; Et lorsqu'on vient à voir vos célestes appas, Un coeur se laisse prendre, et ne raisonne pas. Je sais qu'un tel discours de moi paraît étrange ; Mais, Madame, après tout, je ne suis pas un ange ;"

  • L'Amour médecin

    Molière

    Impression en « gros caractères ». Extrait : "LISETTE : Que voulez-vous donc faire, Monsieur, de quatre médecins ? N'est-ce pas assez d'un pour tuer une personne ? SGANARELLE : Taisez-vous. Quatre conseils valent mieux qu'un. LISETTE : Est-ce que votre fille ne peut pas bien mourir, sans le secours de ces messieurs-là ? "

  • Dépit amoureux

    Molière

    • Ligaran
    • 21 Décembre 2015
empty