Michel Boyé

  • Se souvenir d'Arcachon

    Michel Boyé

    • Geste
    • 12 Avril 2012

    Cet ouvrage retrace toute l'évolution d'Arcachon depuis sa création à l'aide d'un trait de crayon épais sur un plan sommaire qui séparait le promontoire d'Eyrac de la vaste commune de La Teste-de-Buch.
    Ce décret impérial du 2 mai 1857 entérinait la création de la commune d'Arcachon.
    Grâce à un collectage de plus de 250 cartes postales et documents anciens en couleurs ainsi que le témoignage d'habitants mêlé au récit historique, Michel Boyé présente tout le passé arcachonnais.
    Le livre est une véritable découverte de la naissance et du développement de la commune d'Arcachon grâce aux vagues successives de colonisateurs séduits par la beauté des paysages de dunes et de forêts.

  • Dans ce dictionnaire, dont les vingt-six chapitres se déclinent au rythme de l alphabet, Michel Boyé revisite le passé arcachonnais, sans complaisance, loin des clichés habituels, certes en évoquant les grandes heures de la station balnéaire, mais surtout en donnant l occasion au promeneur de sillonner la ville à la découverte de ses monuments, de lieux emblématiques, sur les pas de personnages célèbres, méconnus ou oubliés, témoins ou acteurs d épisodes souvent passés sous silence. Plus de trois années de recherches dans les archives communales et départementales ont été nécessaires pour mettre au jour les multiples facettes et richesses, quelques-unes jusque-là ignorées, d une commune créée sous le Second Empire, et pour rassembler une iconographie parfois inédite. Cet ouvrage n a d autre ambition que de permettre aux touristes et aux Arcachonnais de redécouvrir Arcachon..

  • Ce beau-livre recense toutes Les images de la vie de la Teste de Buch d'il y a 100 ans, à travers son activité économique, sa cité, ses sites patrimoniaux mais aussi la vie de ses habitants. Des images actuelles permettent de voir et de comprendre l'évolution des lieux.
    Ce livre ne se veut pas livre d'Histoire mais un beau-livre qui raconte des histoires, il ne se veut pas exhaustif mais tente de rendre vivants les fragments de mémoire de cette région.
    Les auteurs nous livrent un texte authentique émaillé d'anecdotes des habitants de la Teste qui se retrouveront peut-être dans les images.

  • Je découvre Arcachon

    Michel Boyé

    • Geste
    • 12 Mars 2016

    Arcachon, célèbre station balnéaire bien connue des estivants pour ses « lieux remarquables » comme la source Sainte Anne, son bassin et son patrimoine architectural, est ici présentée dans un petit guide grâce auquel vous saurez tout de la ville en 56 pages.
    Richement illustré, il vous permettra de mieux appréhender ce lieu, au coeur du Sud-Ouest. Des en-cadrés expliquent certaines notions en détails, des lieux symboliques, et des recettes vous permettent de goûter aux saveurs de la région.

  • Une boîte quiz qui contient :
    100 cartes questions.
    1 livre de 128 pages comportant les règles du Quiz et les réponses aux 100 questions du jeu.
    Une boîte quiz qui permet de s'amuser, de rigoler et de se lancer des défis entre amis.
    Les 100 cartes questions sont réparties en 7 onglets :
    Mimes.
    Défis.
    Karaoké.
    Devinettes.
    M. et Mme.
    Gages.
    Mots en folie.

  • Les guides des Arts deviennent les guides Hazan !Traitant de l'art africain à l'échelle du continent noir dans sa variété et ses spécificités, et selon l'esprit de la collection « Guide des arts », ce livre vous convie à un voyage en quatre étapes.Dans une première partie retraçant les grandes périodes des civilisations africaines, on découvre que ces arts remontent parfois à des millénaires, telles ces terres cuites exhumées du Malie ou du Nigéria.En deuxième lieu, on réalise qu'en Afrique, les arts dits « mineurs » ont souvent créé les conditions d'un art majeur, et qu'il est juste de mettre sur le même pied objets rituels et usuels, puisque des pièces qualifiées d'utilitaires en Occident, ont, en Afrique, une dimension rituelle, et que les créations apparemment les plus humbles sont souvent les plus fortes sur le plan esthétique.Une troisième partie dégage les grandes catégories de décors et de formes stylistiques à partir d'oeuvres-phares, pour montrer que ces objets jouent de multiples rôles, des plus sacrés aux plus profanes.Enfin, il s'agira d'accomplir un immense périple géographique, pour découvrir que la création africaine est immensément variée, et que, peut-être plus qu'en Occident, les solutions plastiques ont été innombrables et à chaque fois inattendues suivant les aires géo-culturelles.

  • Les We vivent dans les forêts de la frontière occidentale de la Côte d'Ivoire. Leur nom signifie « les hommes qui pardonnent facilement ». Dans la vie sociale de ce peuple, la cellule familiale joue un rôle important. Chaque famille est conduite par un patriarche, révéré pour sa sagesse et sa richesse, à qui incombe de superviser la vie du clan. Il organise les mariages, règle les conflits et influence la vie religieuse.
    Longtemps désignés sous d'autres appellations (Guere, Wobe, Kran), les We vivent de part et d'autre de la frontière entre le Liberia et la Côte d'Ivoire - et sont de ce fait considérés, dans les deux pays, comme une population « périphérique ». Il s'agit d'une civilisation de masques, aux antipodes d'autres sociétés qui en sont dépourvues (tels les Ashanti, au Ghana).
    Leurs masques, pourtant, par leur hardiesse plastique, furent parmi les premiers à subjuguer les artistes cubistes en Occident. Kahnweiler, le célèbre marchand d'art de Picasso, racontait que l'artiste possédait un masque wobe et que c'est justement son étude qui poussa Picasso vers des évolutions si innovantes.
    Insolites, exubérants, fantasmagoriques, leurs masques surprirent par leur diversité et leur éblouissante inventivité formelle. Ils ont également influencé les oeuvres de peuples voisins. Au point que leur art, loin d'être isolé, à l'écart, perdu dans la forêt, apparaît comme une clé de voûte, un pivot - si l'on cesse de croire que la création obéit aux découpages coloniaux.
    Avec ce constat majeur : il s'agit bien d'une civilisation de masques, tant ils sont abondants dans chaque village. Régissant tous les domaines (juridique, mystique, agricole), ils participent aux multiples phases de la vie. Cet art évolutif, mobile, implique une différence capitale par rapport aux créations d'autres peuples, chez lesquels la morphologie détermine aisément le sens, la portée, le type de cérémonies : chez les We, la forme ne permet jamais vraiment d'inscrire l'oeuvre dans une catégorie.

  • Cet ouvrage se veut un outil de communication principalement pour les praticiens hospitaliers et leurs patients anglophones et propose un ensemble de jeux de phrases simples et modulables.

  • Figurines des Kulango. Les Esprits mystérieux de la brousse se propose de faire connaître les ?uvres miniatures créées par les Kulango, au nord-est de la Côte d?Ivoire, jadis les vassaux des deux royaumes que le pays a comptés (Bouna et Gyaman). Peu connu, leur art, étonnamment varié, intrigue et déconcer te. Leurs créations en métal sur tout, d?une saisissante liber té d?expression, rompent avec les codes iconographiques qui régissent leur statuaire en bois.
    Délivrés du hiératisme, les corps semblent réinventer le mouvement en adoptant parfois une gestuelle presque chorégraphique, une grâce aérienne, des lignes sinueuses. Ou bien, dans une tension frémissante, ils exhibent des torsions inattendues, de provocantes cambrures, ou ils s?allongent jusqu?au paroxysme, avec des raccourcis virtuoses, des volumes stylisés. D?autres sont plus étranges encore, comme ces siamois, ces triplés indissolubles, ces créatures sans tête ou dotées d?une tête unique sur deux torses, d?une seule jambe, de quatre jambes, de pieds palmés, de bras-ailerons, de corps annelés. Qui sont ces êtres énigmatiques dont les yeux globuleux scrutent l?invisible? Les choix plastiques se limitent-ils à ces quelques exemples ?
    Statuettes de divination, poids à peser l?or. Introduites dans notre univers par la métamorphose ressuscitées ressurgissent, telles des apparitions d?un autre monde.

  • Les Baule, installés au centre de la Côte d'Ivoire, possèdent un art extrêmement diversifié, dans presque toute catégorie d'objets, comme si chaque élément utilitaire était source de création. Alors que les peuples voisins se bornent souvent à sculpter des masques, et d'autres, uniquement des statuettes, les Baule possédaient jadis des portes, des cuillers, des poulies, des tambours décorés, et ils ont su tirer parti des moindres ustensiles : sièges, amulettes, lance-pierres... Foisonnement artistique qui se traduit aussi par la manière dont tous les matériaux ont été utilisés : bois, tissus, métal, or... Et très souvent ce sont les oeuvres a priori les plus humbles qui sont aussi les plus fortes sur le plan esthétique. L'intérêt pour cet art fut d'ailleurs, si on le compare à celui d'autres régions d'Afrique, très précoce en Europe, dès le début du XXe siècle, parce qu'il semblait immédiatement séduisant. Cet ouvrage nous offre une vue d'ensemble du peuple Baule afin de mieux comprendre comment des formes et des styles très divers proviennent d'un ensemble unique. Il examine l'art Baule à travers des clichés de terrain et une cinquantaine de pièces, dont certaines sont de véritables chefs-d'oeuvre, provenant de musées ou de collections particulières.

    Alain-Michel Boyer, professeur d'art africain, est membre du Conseil National des Universités à Paris, après avoir enseigné dans des universités américaines. Agrégé, diplômé d'anthropologie et deux fois docteur à la Sorbonne, il a vécu trois ans dans un village baule et retourne toutes les années plusieurs mois en Afrique. Il a publié de nombreux livres dont le plus récent est Les Arts d'Afrique (Hazan, 2006).

  • Bien connue des élites françaises du XIXe la « petite mer de Buch » aujourd'hui Bassin d'Arcachon reste une station balnéaire très prisée des vacanciers du monde entier. Son passé historique, son patrimoine avec ses villas hautes en couleurs, ses paysages exceptionnels avec la dune du Pila, le banc d'Arguin ou encore l'île aux oiseaux, ses fêtes...
    Retrouvez toutes les spécificités de cet endroit dans ce guide de 56 pages. Richement illustré, il vous permettra de mieux appréhender ce lieu, au coeur du Sud-Ouest. Des encadrés expliquent certaines notions en détails, des lieux symboliques, et des recettes vous permettent de goûter aux saveurs de la région.

  • "Fruit d'une réflexion croisée entre un colonel mauritanien et un colonel français sur la victoire mauritanienne obtenue contre le « terrorisme djihadiste », cet ouvrage éclaire les problématiques de sécurité, de développement et de gouvernance en cours en Afrique de l'Ouest. Au coeur de l'actualité, il s'appuie sur des témoignages de haut-niveau dans tous les domaines. En 2005, la situation sécuritaire et politique est catastrophique. En 2020, les attaques sont un lointain souvenir, des élections présidentielles démocratiques ont eu lieu, la transition a été pacifique, l'armée est un exemple pour la région. Quels ont été les ressorts de tels changements ? Quelle stratégie a permis de parvenir à des résultats qui tranchent si nettement dans cette partie du monde ? Ces solutions sont-elles exportables ? - - - "

  • La mission militaire française sous le règne de Moulay Hassan 1er.

  • Science-fiction, fantastique, fantasy, utopie, roman policier d'espionnage, sentimental, érotique, pornographique, bande dessinée, roman-photo, roman historique, etc. : ces genres réputés mineurs, et en même temps de diffusion massive, constituent la ';paralittérature';. quels en sont les dénominateurs communs ? qu'est-ce que leur approche nous révèle sur la littérature en général, et sur la critique littéraire ? au-delà d'une meilleure connaissance de pans entiers de la production littéraire, ce livre aide à comprendre les mécanismes d'institutionnalisation des écrivains, des uvres et des genres.

  • Le matin, stances

    Michel Boyer

    Le Matin, stances, par M. Boyer,...
    Date de l'édition originale : 1825 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.
    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Pastorale, en deux actes & en vers, sur la victoire remportée auprès de Nantes par les armes de la République ; par Michel Boyer, professeur au Collège national du Mans, représentée dans l'acte de la distribution des prix du Collège... le 6 août 1793, l'an second de la République...
    Date de l'édition originale : 1793 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.
    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Un précieux témoin de la renaissance du sport automobile en France Bernard Boyer a vécu les courses de Monomill, la Formule Junior, l'année glorieuse de CD au Mans, la naissance des Alpine prototypes et monoplaces, les débuts de Matra jusqu'aux consécrations par des titres de champion du Monde, en F1 et en Proto. Tout cela, il ne l'a pas seulement vécu, il en a, chaque fois, été l'un des acteurs de premier plan.
    Il déclare ne pas faire partie des gardiens de l'histoire qui vivent dans l'idolâtrie de leur époque. Avec sévérité, il estime qu'en automobile tout avait été découvert ou inventé à part l'électronique.
    Par contre, au détour d'une conversation, il surprend en déclarant son admiration pour l'inventeur de la roue... il y a pas mal de milliers d'années.
    Certes Bernard n'a pas inventé la roue, mais il fait partie de ceux qui en ont fait un bon usage.
    Nombre de livres ont déjà étés écrits sur cette époque, qu'il s'agisse d'ouvrages généraux où plus spécialisés se consacrant à un personnage ou à une des marque que vous allez retrouver ici au hasard des souvenirs de Bernard Boyer.
    Il y a longtemps que je pensais que l'itinéraire de Bernard méritait d'être conté et je connaissais l'existence de ses précieux agendas tenus, jour par jour, et je savais qu'ils étaient pleins d'informations inédites et de détails permettant de compléter ou de réfuter telle ou telle affirmation souvent reproduite, d'article en livre, et devenue, à force de répétition, une vérité biblique.
    Nous avons délibérément choisi de ne pas chercher à raconter toute l'histoire, mais uniquement des fragments significatifs de ce qu'a connu Bernard Quelques-unes de ses affirmations, ou des histoires qu'il rapporte, vont faire grincer les dents de certains et seront inévitablement discutées. C'est pour cela que Bernard vous propose un nouveau concept:

  • Tous les Auvergnats montés à Paris ne sont pas devenus bougnats. L'habileté extraordinaire et l'amour du travail bien fait permettra aux six hommes de cette famille de devenir des constructeurs à part entière. Entre temps, ils auront apporté une pierre fondamentale à la création de la marque Alpine.

  • Le 28 mai 1860, débutaient, en Syrie, et plus particulièrement au Liban, d´épouvantables massacres contre les Maronites. la France, la Grande,Bretagne, la Prusse et la Russie se concertèrent et décidèrent, après l´annonce de nouvelles violences à Damas, d´envoyer un Corps expéditionnaire européen sur place, afin de faire cesser les troubles, porter assistance aux populations chrétiennes persécutées et contribuer, aux côtés des troupes de la Sublime Porte, au rétablissement de la tranquillité . Cette intervention résulta d´une crise complexe, combinant des données propres aux communautés libanaises, des problèmes internes à l´Empire ottoman mais surtout des rivalités internationales qui en sont à l'origine, dictant les termes d'un mandat alors exécuté par la France. Ainsi c'est en prenant le ciel à témoin et au nom de la civilisation et du progrès, que les puissances européennes s'insurgèrent contre les violences communautaires et les cruautés d'un autre âge , d'un Orient déréglé et poussé vers l'abîme, incapables d'éteindre l'incendie qu'elles avaient pour une large part, contribués à allumer puis à entretenir. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, force est de constater un drame qui perdure au Proche et Moyen,Orient, que les grandes puissances compliquent aujourd'hui encore à l'excès, dans la vaste arène de leurs rapports de force. A partir d'archives françaises de l'époque, l'historien et géopoliticien Michel Boyer éclaire par une mise en perspective historique les ressorts originels de la tragédie depuis lors sans cesse renouvelée d'un proche orient, objet de toutes les convoitises et de tensions communautaires récurrentes.

empty