Sciences humaines & sociales

  • La collection "Philosophies" dirigée par Ali Benmakhlouf, Jean-Pierre Lefebvre, maître de conférences à l'École normale supérieure, Yves Vargas, professeur au Lycée d'Arras et Pierre-François Moreau, professeur à l'École normale supérieure de Fontenay St-Cloud, se propose d'élargir le domaine des textes et des questions philosophiques pour en ouvrir l'accès à un public plus large. Chaque volume facilite la lecture d'une oeuvre ou la découverte d'un thème par une présentation appropriée au matériau philosophique.

  • Cet essai propose les grandes lignes d'une interprétation générale du système kantien, répondant à un certain nombre de principes herméneutiques simples.
    Il se présente explicitement comme de nature conjecturale, et ouvert à la discussion critique, aux " problèmes et (aux) controverses ". L'interprétation du kantisme comme étant purement et simplement une critique de la métaphysique spéculative dans le cadre d'une pensée radicalement finitiste couronnant l'Aufklärung et annonçant un enracinement purement humaniste de la philosophie est discutée et relativisée.
    On essaye de montrer que le projet kantien est bien de sauver et de refonder la métaphysique comme " rempart " de la religion. Le temps n'est que l'une des formes de l'intuition humaine, et non une condition de l'existence de tout étant. Le fondement de l'être est " hors du temps ". Inaccessible par la voie théorique (Schwärmerei), le suprasensible est accessible par la voie pratique. La thèse de l'idéalisme formel, la " réfutation de l'idéalisme (matériel) ", la thèse de la finitude humaine, la conception du Souverain Bien, la structure des " trois questions ", la notion d'autonomie, la doctrine de la vertu, la question de l'intersubjectivité, celle de la vérité, ainsi que certains moments de la politique kantienne sont relus à la lumière de cette hypothèse.

  • Alain Boyer, philosophe et écrivain, intervient comme formateur auprès de professionnels du travail éducatif et médico-social.
    Ce Guide philosophique en deux volumes retrace l'essentiel de son enseignement qui s'est construit à partir du questionnement adressé aux étudiants en formation : quelles notions, quels concepts vous seraient utiles pour que vous puissiez encore mieux comprendre à quoi vous renvoie votre métier d'être en relation avec autrui ? En effet, les mots que nous employons façonnent à notre insu notre vision du monde, et bien des opinions et des façons d'agir sont considérées à tort comme allant de soi.
    Mieux vaut s'en rendre compte pour pouvoir se situer par rapport à elles et agir avec autant de pertinence que possible. Comme le dit Eric Trappeniers, qui a inscrit dans les formations de l'Institut de la famille de Toulouse et de Lille, l'heure de la philosophie, " la force d'Alain Boyer est de ne pas séparer la philosophie de la vie quotidienne, c'est-à-dire de relier les choses les unes aux autres d'une façon qui ne fragmente pas réflexion et quotidien : celle-là naît de celui-ci, qui à son tour en est modifié.
    La philosophie chemine avec la vie, qui s'en retrouve imprégnée du souci du bien commun. Ainsi ce qu'il dit aide chacun non seulement à penser sa pratique mais encore à apprendre à la penser par lui-même en s'appropriant les outils mis à sa disposition. Le texte renvoie à la fois à notre héritage philosophique, force de résistance ou capital de ressources, mais aussi tout bonnement à ces questions de bon sens qui n'ont guère besoin de se parer de déguisements théoriques pour avoir l'air plus pertinentes ou plus justes.
    Chacun ici est amené à se faire une opinion plutôt que de suivre comme allant de soi une conceptualisation dans l'air du temps. Que l'on soit formateur, directeur d'institution, médecin, psychologue, chef de service, éducateur, enseignant, assistant social, chacun s'y retrouve. " Dans ce premier tome, intitulé " La loi de l'échange ", Alain Boyer explore les concepts : la dette ; la place et le rôle ; la médiation ; le sujet ; le nom ; le corps ; la loi ; l'interdit ; l'individu ; l'autorité ; le bien commun ; la religion ; la violence ; l'émotion.
    Autant de thèmes qui donnent à penser l'essence du travail éducatif et médico-social.

  • Il s'agit du traitement philosophique de thèmes suggérés par les professionnels à partir de leur pratique quotidienne. Au-delà des approches sociologiques et psychologiques dont ils ont l'habitude, l'objectif est de montrer que bien des façons de penser et d'agir qui paraissent aller de soi sont lourdes de présupposés insoupçonnés. En prendre conscience libère la réflexion pour envisager d'autres façons possibles d'agir, d'éduquer et de soigner.

  • Alain Boyer, philosophe et écrivain, intervient comme formateur auprès de professionnels du travail éducatif et médico-social.
    Après le succès de ses deux précédents volumes, il nous propose ici de nous interroger sur le désir du sujet : faute que son appel à être reconnu soit entendu, le désir du sujet insiste à travers parfois, des comportements aberrants. Comment y être attentif et lui ouvrir le champ ? Comme les deux tomes précédents, celui-ci est la rédaction, après mise à l'épreuve, des cours professés devant des praticiens du travail éducatif et médico-social au cours de sessions de formation, de séminaires et d'interventions dans diverses institutions.
    Les thèmes traités sont ceux proposés par les professionnels eux-mêmes à partir de leur pratique. L'éclairage sous lequel sont analysées nos façons de faire et sont élaborés les outils qui permettent de réfléchir ensemble est le souci du bien commun et le rappel que nous sommes des vivants politiques et citoyens. Comme le dit Eric Trappeniers, quia inscrit dans les formations de l'Institut de la famille de Toulouse et de Lille, l'heure de la philosophie, " la force d'Alain Boyer est de ne pas séparer la philosophie de la vie quotidienne, c'est-à-dire de relier les choses les unes aux autres d'une façon qui ne fragmente pas réflexion et quotidien celle-là naît de celui-ci, qui à son tour en est modifié.
    La philosophie chemine avec la vie, qui s'en retrouve imprégnée du souci du bien commun. Ainsi ce qu'il dit aide chacun non seulement à penser sa pratique mais encore à apprendre à la penser par lui-même en s'appropriant les outils mis à sa disposition. " Le texte renvoie à la fois à notre héritage philosophique, force de résistance ou capital de ressources, mais aussi tout bonnement à ces questions de bon sens qui n'ont guère besoin de se parer de déguisements théoriques pour avoir l'air plus pertinentes ou plus justes.
    Chacun ici est amené à se faire une opinion plutôt que de suivre comme allant de soi une conceptualisation dans l'air du temps. Que l'on soit formateur, directeur d'institution, médecin, psychologue, chef de service, éducateur, enseignant, assistant social, chacun s'y retrouve. " Dans ce troisième volume, intitulé " Le désir du sujet ", Alain Boyer explore les concepts : le plaisir ; le désir ; le respect ; la beauté ; l'image ; l'écriture ; le projet ; le mal ; la morale ou la loi.

  • Fondée en 1941 par Paul Angoulvent, traduite en 40 langues, diffusée pour les éditions françaises à plus de 160 millions d'exemplaires, la collection " Que sais-je ? ", est aujourd'hui l'une des plus grandes bases de données internationales construite, pour le grand public, par des spécialistes.
    La politique d'auteurs, la régularité des rééditions, l'ouverture aux nouvelles disciplines et aux nouveaux savoirs, l'universailité des sujets traités et le pluralisme des approches constituent un réseau d'informations et de connaissance bien adapté aux exigences de la culture contemporaine.

  • Plus de 400 cartes postales anciennes en couleurs ou en noir et blanc montrent le Bassin d'Arcachon de la fin du xixe siècle jusqu'au milieu du xxe.
    Des photos récentes vous permettent également de découvrir l'évolution des lieux et ce qu'ils sont devenus.
    Voici un beau-livre présentant la commune grâce à des documents anciens inédits, mais aussi grâce au témoignage de ses habitants. Michel Boyé et Alain Espinasseau ont réuni avec soin ces images et ces anecdotes du passé.
    Découvrez la vie quotidienne des habitants du bassin à cette époque grâce à cet immense fonds photo !

  • A peine 40 000 habitants au centre de la Côte d'Ivoire, les Yohouré ont su créer un art singulier : alors que tous les peuples voisins attribuent des valeurs de puissance et de menace à des masques animaliers couverts de sang coagulé, les Yohouré, eux, confèrent les mêmes forces de sacralité et d'effroi à des visages humains raffinés, aux lignes virtuoses.
    Matérialisant des divinités ambivalentes, à la fois bienveillantes et maléfiques, ces masques, qui sont des charmes, visent à les conjurer. La meilleure façon de les rendre favorables ? Les mettre dans son jeu, les enchanter, les faire participer à des chorégraphies qui régulent leur énergie. C'est au cours de cérémonies nocturnes que les célébrations sont les plus grandioses, lorsque les danseurs, galvanisés, virevoltent à la lumière des torches. L'exaltation mystique restitue alors une souveraineté purificatrice aux esprits surnaturels que les masques sont chargés de symboliser.

  • Ce livre s'attaque à un problème très répandu et particulièrement difficile à résoudre par les parents : celui de l'enfant qui est systématiquement désobéissant. Il essaie de faire sortir les parents et l'enfant du cercle vicieux dans lequel ils sont pris : plus l'enfant désobéit, plus on lui donne des ordres ; plus on lui donne des ordres, plus il désobéit. L'approche systémique seule permet de dénouer ces configurations circulaires. Elle pose des questions aux deux parties à la fois : que mettent les parents derrière leur exigence d'obéissance ? N'est-ce pas en fait une demande déguisée de soumission et de sujétion ? Et du côté de l'enfant, à quoi se veut-il secrètement se conformer en désobéissant aux parents ? En faisant bouger les catégories trop figées d'obéissance et de désobéissance, les auteurs parviennent à indiquer comment sortir d'une situation bloquée. L'exposé est toujours clair, pratique, utilisable.

empty