Thibaut Lambert

  • Âgée, Colette arrive dans un EPHAD. Même si elle sait que ça devait arriver, cette étape de vie marque le début de la fin. Tout le monde le sait. Pourtant, les personnes âgées ne cessent d'avoir envie de profiter de la vie, de rire, de s'amuser et surtout d'aimer. Dans cet établissement, Colette va faire connaissance avec un homme de son âge et ils vont tomber amoureux.
    Du rire au rire, cette comédie bienveillante et burlesque pourrait bien ressembler à une histoire vraie... d'ailleurs on me souffle dans l'oreillette que l'auteur les a rencontrés. Ils auraient même participé à la réalisation de l'histoire.

  • Éric vient de laisser Georges, son compagnon, dans une maison de retraite. Georges a la maladie d'Alzheimer et n'est plus gérable au quotidien. Ce placement est donc pour Éric un ultime recours. Pourtant, cet acte qui devait lui redonner un peu d'oxygène produit tout le contraire. L'agitation qui régnait chez eux fait place au vide et au silence, lourd et oppressant maintenant que Georges ne vit plus dans leur appartement. Comme si ce sentiment n'était pas assez pesant, le directeur de la maison de retraite lui demande de ne pas afficher sa relation amoureuse avec Georges au grand jour, par peur des réactions des autres résidents.

  • Manon Séchan consulte une psychologue car elle subit des violences de la part de son compagnon. La réalité est difficile à admettre et il est encore plus difficile d'en parler. Mais la thérapie et l'aide de la famille et des amis vont permettre à la jeune femme de tourner la page et de reconstruire une histoire.
    Petit à petit, Manon va retrouver confiance en elle et dans les autres.

  • En 2010, lors d'un déménagement au sein du lycée Jean de La Fontaine, dans le 16e arrondissement de Paris, des lettres et des photographies ont été trouvées dans une vieille armoire. Enfouis là depuis des dizaines d'années, ces documents appartenaient à une ancienne élève, Louise Pikovsky. Plusieurs mois durant, cette jeune lycéenne a correspondu avec sa professeure de lettres. Son dernier courrier date du 22 janvier 1944, jour où elle est arrêtée avec sa famille. Internés à Drancy, le père, la mère et les quatre enfants ont été déportés à Auschwitz. Ils n'en reviendront pas.

empty