Pinard de guerre

(Scénariste), (Dessinateur)

À propos

"Rien ne grise comme le vin du malheur." Ferdinand est un tire-au-
flanc, un planqué qui simule une infirmité pour échapper à la guerre
et éviter de se retrouver en première ligne, dans les tranchées face
aux Allemands. Profiteur sans scrupules, il a fait fortune dans le
commerce d'un pinard douteux et frelaté qu'il vend à l'armée, allant
même jusqu'à nuire à la concurrence pour être le seul fournisseur
des poilus. Alors qu'il écoule son vin près de la ligne de front,
Ferdinand se retrouve malgré lui engagé dans le conflit et devient,
avec ses compagnons d'infortune, prisonnier d'une tranchée prise
entre deux feux.



Rayons : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Ados / Adultes

  • EAN

    9782818993347

  • Disponibilité

    Disponible

  • Poids

    46 325 Ko

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    Izneo

  • Entrepôt

    ePagine

  • Support principal

    ebook (ePub)

Philippe Pelaez

  • Naissance : 22-1-1970
  • Age : 51 ans
  • Pays : France
  • Langue : Francais


Francis Porcel

Aussi loin qu'il se souvienne, Francis Porcel (il est né en 1977) a toujours aimé le jeu.
Le dessin est devenu rapidement de la bande dessinée. Les premiers essais se présentaient sous la forme d'histoires courtes inspirées de Bruguera, Mortadel et Philemon. Par ailleurs le jeune Francis Porcel se sentait fasciné par l'art d'Albert Uderzo et d'un autre grand pro, espagnol celui-là, Gimenez. C'est en découvrant « L'Etoile noire » de ce dernier que la décision tomba : Francis Porcel deviendrait dessinateur de bandes dessinées.
Il venait d'avoir 16 ans. A 19 ans, il entra à l'école des Beaux-Arts de Barcelone dont il suivit les cours pendant trois ans. Il y prit conscience de ses propres limites et tenta de les surmonter. Il y rencontra de jeunes étudiants, tels que Sergio Garcia, qui devinrent des amis et sont considérés aujourd'hui comme l'avenir de la b.d. ibérique. A 22 ans, il publiait chez Magemultimedia (Espagne) la b.d. qu'il considère comme son premier effort de quelque valeur : « La Cité des Morts ».

Remarqué pour sa virtuosité, Francis Porcel entra en contact avec Dargaud, qui lui présenta Jean-David Morvan. De cette rencontre devait naître « REALITY SHOW ».

empty