Maintenant

Déjà lu ?

Donnez un avis

Recommandez ce produit

Liste

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

Donnez un avis

Le mot de l'éditeur : Maintenant fait suite à À nos amis, paru en 2014 et peut se lire comme un chapitre fantôme du précédent volume, issu de sa rencontre avec l'actualité française récente. C'est donc un texte court, un texte d'intervention, un texte que le Comité Invisible s'est vu en quelque sorte « commander » par la situation, en l'espèce par le mouvement qui s'est levé à l'occasion de la loi « travaille ! ». Centralité du blocage, détestation sans appel de la police, ...expérience et lassitude des AGs, retour du thème de la « commune », dépassement de l'opposition entre radicaux et citoyens, cortèges entiers entonnant « nous sommes tous des casseurs », dérision de la politique classique : Ce mouvement a confirmé point par point chacune des intuitions, chacun des constats, chacune des conjectures d'À nos amis. Il n'y a qu'un thème du précédent volume qui ne se soit pas explicitement imposé, et c'est celui de la destitution. Destituer le pouvoir en place, c'était pourtant bien l'objet réel de ce mouvement qui consistait essentiellement l'idée d'une révolution destituante. Où il est moins question d'assaut que de désertion, de clameur que de silence, de palais qui brûlent que de forces qui s'agrègent, de positionnement politique que de profondeur existentielle. « Nous avons besoin de formes et de sensibilité, non d'institutions », dit le Comité Invisible dans ce texte qui doit être considéré comme une intervention dans les débats les plus brûlants de cette année d'élection présidentielle. Faut-il lancer un nouveau processus constituant ou construire une puissance destituante ? Y a-t-il encore un pouvoir à prendre ou n'y a-t-il pas plutôt une désertion à organiser ? Est-ce d'une nouvelle politique que nous avons besoin, ou de nouvelles formes de vie ? C'est ce débat, entamé en janvier 2016 par une tribune d'Éric Hazan et Julien Coupat intitulée « Pour un processus destituant », que le Comité Invisible tente ici de trancher. Un débat où l'on trouve d'un côté Giorgio Agamben, Jean-Luc Nancy et Mario Tronti, et de l'autre, quoi que sur un plan moins fondamental, Frédéric Lordon, Antonio Negri et l'ensemble des composantes « indignées » de la gauche. À l'issue de son nouvel opuscule, le Comité Invisible en arrive à charger le terme apparemment négatif de « destitution » de toute sa charge affirmative. Il n'y aura pas de renversement de l'ordre existant qui ne passe par l'affirmation d'une façon de vivre enfin désirable. L'aspect négatif, destructeur du processus révolutionnaire est impuissant sans la charge de silencieuse positivité que porte toute existence heureuse. à empêcher un gouvernement de gouverner à sa guise, au travers d'une loi hautement symbolique. On a coutume de se représenter la révolution comme ce moment d'assaut au pouvoir politique suivi de l'instauration d'une nouvelle constitution, de nouvelles institutions. Dans un style alerte, plus proche de L'insurrection qui vient que d'À nos amis, le Comité Invisible montre ici que l'on ne peut rien comprendre à ce qui s'est passé de décisif dans le mouvement contre la loi « travaille ! », comme à ses ramifications futures, si l'on n'adopte pas une autre idée de la révolution,

Grand format
9.00 €

Autres informations

  • EAN 9782358720861
  • disponible
  • Nombre de pages 70 pages
  • Longueur 17 cm
  • Largeur 11 cm

Rayon(s) : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire


empty